VIDEO. Comment «Game of Thrones» est-elle devenue un conte sur l'émancipation des femmes?

FEMINISME Et si, après l'épisode 3 de la saison 8, le « Game of Thrones » de l’ère post-#MeToo était devenu un récit sur l’émancipation des femmes

Anne Demoulin

— 

Maisie Williams campe Arya Stark depuis dix ans dans la saga «Game of Thrones»
Maisie Williams campe Arya Stark depuis dix ans dans la saga «Game of Thrones» — HBO
  • La place des femmes dans « Game of Thrones » a bien évolué depuis la saison 1.
  • Après avoir été critiquée pour son sexisme, la série a livré de beaux moments de prise de pouvoir dans les trois premiers épisodes de la saison 8.
  • La série est devenue un conte sur l’émancipation des femmes, avec des héroïnes fortes.

Ce n’était pas gagné ! La place des femmes dans Game of Thrones a bien évolué depuis la saison 1. Le troisième épisode de la saison 8, intitulé La longue nuit, diffusé dans la nuit de dimanche à lundi en simultané avec les Etats-Unis sur OCS, a mis en scène la bataille de Winterfell contre les Marcheurs blancs.

[ATTENTION, « SPOILER IS COMING », ON VOUS DONNE DES ELEMENTS DE L’ÉPISODE 2 et 3 DE LA SAISON 8 DANS LES LIGNES QUI SUIVENT]

Et dans ce grand combat épique, les femmes – notamment Arya et Lyanna – se sont particulièrement illustrées. Après avoir été critiquée pour son sexisme, Game of Thrones a livré de beaux moments d’ empowerment. Comment la série est-elle devenue un conte sur l’émancipation des femmes ? Explications.

Une série initialement sexiste

Les femmes n’ont pas toujours eu le beau rôle dans la série phare de HBO. En 2017, une étude a montré que sur les 67 épisodes, seuls 19 passait le test de Bechdel. La saison 1 mettait en scène deux grands archétypes féminins, la maman (Catelyn Stark, Cersei Lannister) et d’innombrables variations de la putain. Dans le premier épisode, Emilia Clarke apparaissait pour la première fois à l’écran dénudée et offerte à Khal Drogo. Sansa Stark rêvait d’épouser le prince charmant (Joffrey !). Et dans ce système patriarcal normé, Catelyn Stark perpétuait les stéréotypes traditionnels de la féminité en incitant ses filles, notamment Arya, plus encline à manier l’épée, à broder. 

Ces personnages féminins ont beaucoup souffert. Daenerys a été vendue à Khal Drogo, Cersei Lannister a été humiliée nue dans les rues de Port-Real, Sansa Stark a été violée par Ramsay Bolton, etc. La blogueuse américaine Tafkar a dénombré 50 viols ou tentatives pour 29 victimes dans la série, contre 214 viols ou tentatives pour 117 victimes dans les livres.

Selon les démographes Romane Beaufort et Lucas Melissent, 26 % des actrices apparaissent nues contre seulement 11 % des acteurs. La série de HBO a bâti une partie de sa notoriété en montrant des femmes nues. La série a été critiquée pour cela, et a rectifié le tir. Au fil des saisons, le nombre de scènes de nudité a diminué : 19 en saison 1 contre 6 dans la 7.

Un conte sur l’émancipation des femmes

La série compte 398 personnages nommés, dont 100 femmes et 298 hommes. Sur les 10 personnages les plus visibles à l’écran, la parité est presque au rendez-vous : 4 sont des femmes. La série a lentement évolué au fil des saisons pour leur donner de plus en plus de pouvoir. Cersei passe du statut d’épouse soumise à celui de reine des Sept Royaumes, Sansa est devenue la rusée dame de Winterfell, Daenerys a levé une armée pour partir à la conquête du trône, tandis qu’Arya est devenue une guerrière aguerrie. « Nous avons un point commun, confie Daenerys à Sansa dans le second épisode de la saison 8. Nous dirigeons des gens qui rechignent à accepter l’autorité des femmes. »

Si les sept premières saisons de Game of Thrones ont été tournées avant le mouvement #MeToo, la huitième et dernière saison de la série de HBO a été tournée après l’affaire Harvey Weinstein. Et ça change tout.

Dans le deuxième épisode, Brienne de Torth rêve d’être adoubée chevalier. Un honneur réservé aux hommes par « tradition » dans la société misogyne de Game of Thrones. « On emmerde les traditions », lui lance Tormund, indigné face aux règles patriarcales de Westeros (de l’autre côté du mur, les femmes ont autant de droits que les hommes). L’adoubement de Brienne par Jaime sera salué sur les réseaux sociaux.

Dans le même épisode, Arya Stark n’est (enfin) plus réduite qu’à son rôle de farouche guerrière. « Je vais peut-être mourir demain, je veux savoir ce que ça fait », lance-t-elle, à l'écoute de ses désirs, à Gendry. Ils s’embrassent. Arya se déshabille face à un Gendry médusé. « Déshabille-toi », lui lance-t-elle encore. Une anomalie dans une série qui a rarement choisi de décrire le sexe sans violence, ni inceste ni contrainte.

Après cette scène, on ne pariait pas trop sur l’avenir d’Arya face aux Marcheurs blancs. Bonne surprise ! Arya ne meurt pas et lorsque le Roi de la nuit s’apprête à dégainer sa lame de givre pour frapper mortellement Bran, Arya bondit sur lui et poignarde sa cible (comme la jeune Lyanna Mormont plus tôt dans l’épisode). Elle devient le sauveur du monde de Game of Thrones, se substituant au rôle traditionnellement dévolu à un personnage masculin.

Arya prend la place de Jon

« Quand j’ai raconté la séquence à mon petit ami, il m’a dit : "Hmm, ça ne devrait pas être à Jon Snow de faire ça ?" Une pensée qui traversera l’esprit de bien des téléspectateurs tant Jon Snow est considéré comme étant "le" héros de cette histoire. Pourquoi le ressusciter si ce n’est pas pour qu’il plante son épée dans le roi de la Nuit ? Eh bien peut-être n’était-il là que pour aider Arya dans sa victoire. Comme Béric. », confie l’actrice Maisie Williams au magazine Entertainment Weekly.

Il y a quelques jours, l’auteur de la saga, George R.R. Martin, confiait de son côté au magazine Rolling Stone que pour Arya, il s’était inspiré de femmes qu'il a « connu quand [il] étai[t] jeune dans les années 1960 et 1970, vous savez – la décennie de la révolution sexuelle et du mouvement féministe. J’ai connu beaucoup de jeunes femmes qui n’adhéraient pas à l’idée : "Oh, je dois trouver un mari et être une femme au foyer". »

Sur le plan narratif, la contrée imaginaire de Westeros a fait de gros progrès et est devenue une sorte de conte sur l’émancipation des femmes, avec des héroïnes fortes, complexes et affirmées. Attention cependant à ne pas tomber dans de nouveaux stéréotypes de genre comme celui de l’héroïne badass.

Enfin, Game of Thrones pourrait appliquer derrière la caméra ce qu’elle montre de plus en plus à l’écran. 4 épisodes seulement ont été écrits par des femmes, soit 5,4 % de la série. Pour boucler la boucle, on ose rêver d’une showrunneuse pour les spins-off de la série.