Le créateur de «Miraculous» explique le succès de Ladybug, sa Fantômette métissée

PORTE-BONHEUR Le dessin animé franco-coréo-japonais « Miraculous » est actuellement diffusé sur Disney Channel, en attendant la saison 3...

M.S
— 
Extrait de la série animée «Miraculous» saison 2
Extrait de la série animée «Miraculous» saison 2 — Laurent Guyot & Co
  • La saison 2 de la série animée Miraculous, les aventures de Ladybug est actuellement diffusée sur Disney Channel.
  • Son créateur Thomas Astruc explique à 20 Minutes comment il a conçu ce dessin animé à succès.
  • Parmi les ingrédients de la série, Paris, et la culture française occupent une large part.

« Une Ladybug, porte-bonheur, Lady magique et Lady chance ! » Si vous avez de jeunes enfants ou êtes fan d’animation, vous avez sûrement déjà entendu ces paroles. Ce sont celles de la série Miraculous, les aventures de Ladybug et chat noir. Véritable phénomène, elle a été élue série animée de l’année lors des récents Teen Choice Awards 2018, face notamment à Rick et Morty, Steven Universe ou Les Simpson. La saison 2 est actuellement diffusée tous les jours à partir de 18 heures sur Disney Channel, tandis que la saison 3  est en cours de production.

Une comédie musicale, un film et une série en live action ont aussi été confirmés, de quoi ravir les fans et le créateur de la série, Thomas Astruc, que 20 Minutes a pu interviewer. On refait le pitch pour ceux qui ne connaissent pas Miraculous, un dessin animé girl power avec une héroïne badass. La série retrace la vie de la collégienne Marinette Cheng. Fille de boulanger, elle fait la rencontre de Tikki, un kwami (créature magique) avec qui elle peut fusionner pour avoir accès à des superpouvoirs. Dans son costume rouge à pois, Marinette devient Ladybug, une héroïne qui sauve Paris avec son acolyte : le Chat noir.

Une série française et francophile

Série co-produite avec des studios coréens et japonais, Miraculous fait la part belle à la culture française. Notamment aux travers des préférences culinaires bien particulières des kwami. « On essaie de mettre en valeur quelques produits typiquement français pour donner envie de les découvrir, explique Thomas Astruc. Je suis ravi à chaque fois que quelqu’un me dit : "J’ai enfin goûté au camembert à cause de Plagg, et c’est super bon, en fait !" ». Thomas Astruc explique également pourquoi il a choisi de situer son intrigue dans un Paris de carte postale : « L’un des ingrédients principaux de la série est la romance. Dès lors, quoi de plus naturel que de se donner la ville de l’amour comme toile de fond ? Quand on y vit, on a tendance à l’oublier, mais Paris est l’une des villes les plus belles villes au monde. Je la redécouvre avec émerveillement à chaque fois que je reviens de voyage. »

Affiche de «Miraculous, les aventures de Ladybug et chat noir» saison 1
Affiche de «Miraculous, les aventures de Ladybug et chat noir» saison 1 - Allo ciné

Le dessin animé allie mythologie chinoise, folklore japonais (le nom kwami vient de kami 神, un esprit vénéré dans la religion shintoïste), tout en faisant rayonner la culture française à travers certains clins d’œil. Par exemple, le collège dans lequel étudient les personnages principaux s’appelle Françoise Dupont, le vrai nom de Fantômette, une justicière masquée née dans les années 1960, qui livre les criminels à la police.

Un succès exemplaire

« La série est métissée, à l’image de la France, pays confluent de multiples influences et terre d’accueil depuis des siècles, confie Thomas Astruc. Cela se ressent dans ma culture personnelle, vaste creuset qui tient autant à Tintin et Spirou qu’à Superman, Dragon Ball et Diabolik. C’est ce qui fait que notre culture est admirée en dehors de nos frontières. Il y a toujours un petit bout de France qui va raisonner avec vous, d’où que vous soyez. »

Diffusée dans 119 pays, Miraculous est aussi connu en France qu’à l’international, et rassemble une grande communauté de fans au Japon et en Corée du sud. Un succès qui n’a rien changé aux méthodes de travail de ses créateurs : « Le cœur de l’équipe est constitué d’amis qui travaillent ensemble depuis des années, et dont l’un des points communs est d’apporter beaucoup de soin à chaque détail pour que tout soit signifiant, quel que soit le projet. C’est la clé du succès de Miraculous. Ça serait dommage d’en changer maintenant, non ? On espère plutôt que cela fera école, et motivera ceux qui partagent la même éthique à nous rejoindre. »

Quant à la saison 3 à venir, Thomas Astruc refuse de révéler si Marinette et Adrien, alias le Chat noir, formeront un couple à l’avenir : « Miraculous, c’est un délicieux gâteau à base conte de fées avec un glaçage de super-héros. Beaucoup des contes finissent par "ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants". Est-ce que ça va être le cas pour nous aussi ? Chut ! Pas de spoiler ! »