«Infidèle», un remake réussi de «Doctor Foster» ? Un peu, beaucoup ou pas du tout...

COUPLE TF1 diffuse ce lundi «Infidèle», la version française de la série de la BBC, «Doctor Foster», une adaptation réussie? L'avis de trois fans de l'original...

Le service culture de «20 Minutes»

— 

Claire Keim dans la série en six épisodes «Infidèle».
Claire Keim dans la série en six épisodes «Infidèle». — THIERRY LANGRO / STORIA TELEVISI

Si vous n’avez pas encore vu Doctor Foster, mini-série produite par la BBC et disponible sur Netflix, on vous la recommande vivement. On est très vite devenu accros de cette histoire d’adultère, filmée comme un thriller, et de Suranne Jones, qui incarne à la perfection cette femme complexe. Après Insoupçonnable, remake de The Fall et Les Bracelets rouges, adaptée de Polseres vermelles, TF1 a décidé de créer la version française de ce petit bijou britannique, intitulé Infidèle, diffusé dès ce lundi à 21h sur TF1. On ne va pas se mentir, on n’était vraiment pas emballé par l’idée d’un remake… Encore moins lorsqu’on a appris que la douce Claire Keim allait succéder à la vénéneuse Suranne Jones dans le rôle de Gemma, devenue Emma dans la version française. Le verdict de trois admirateurs de Doctor Foster après visionnage.

Un peu, par Fabien Randanne

Infidèle est, à quelques détails près, un copié-collé de Doctor Foster. Comme dans l’original, il suffit d’un cheveu blond trouvé sur l’écharpe de son mari Mattéo pour que la vie parfaitement réglée d’Emma, médecin de campagne, bascule. Le remake n’a donc pas grand intérêt pour qui a déjà vu la série britannique, d’autant que ce qui est pour moi LA scène forte de l’originale (celle du dîner dans le dernier épisode) est expédiée dans la version française, perdant au passage son intensité. La dimension paranoïaque, vertigineuse, de Doctor Foster, est également édulcorée. La seule surprise, c’est Claire Keim. Difficile de tenir la comparaison avec son homologue britannique Suranne Jones qui incarnait l’héroïne avec une sorte de dureté qu’elle laissait se fendiller au fil des épisodes, mais Claire Keim s’en sort très bien car elle suscite une empathie immédiate et investit toutes les émotions par lesquelles passe son personnage.

Beaucoup, par Anne Demoulin

Avec ses remakes de succès internationaux, TF1 propose en prime time des séries aux propos bien plus audacieux qu’à son habitude. L’original porte le nom de son héroïne, Doctor Foster, une femme complexe, aussi paumée que fatale, qui transforme l’explosion de son couple en un véritable thriller paranoïaque. Infidèle, tout en étant fidèle à la structure de l’histoire originale, a su trouver sa voix. La version française est drame intime bien écrit, à la réalisation soignée, et servi par ce couple crédible formé par Jonathan Zaccaï et Claire Keim. Si Infidèle n’a pas le fiel de Doctor Foster, Claire Keim y livre une partition intéressante et convainquante.

Pas du tout, par Laure Beaudonnet

Infidèle se regarde d’un œil très distrait. Si les acteurs principaux sont moins mauvais que prévu (la performance des personnages secondaires est plus discutable) et la réalisation de Didier Le Pêcher plutôt raffinée, la série de TF1 fait l’effet d’un plat de cèpes gâché par du ketchup. Elle a la manie d’affadir toutes les tensions dramatiques qui faisaient le charme de son aînée. Et, alors que Doctor Foster maniait l’art du suspense à la perfection - chaque plan ajoutait du mystère à l’intrigue, la série donne l’impression désagréable de s’auto-spoiler en permanence. Pourquoi adapter une série si c’est pour faire l’économie de tous les ingrédients les plus savoureux ? En mauvais élève, Infidèle copie, mais mal.