Netflix: «Friends» est-elle la série d’une seule génération?

KITSCH Netflix a mis le paquet pour garder « Friends » dans son catalogue en 2019…

L.B.

— 

Le casting principal de Friends
Le casting principal de Friends — WENN
  • Netflix a mis 100 millions de dollars pour continuer de proposer Friends dans son catalogue.
  • Si la plateforme a mis autant d’argent, c’est que la série trouve toujours son public.
  • Friends dépasse son époque et fédère autour de la légèreté.

Friends reste une star parmi les séries. Netflix aurait lâché 100 millions de dollars pour garder la sitcom mythique dans son catalogue en 2019, selon Recode. La plateforme de streaming est passée d’un accord de 120 millions de dollars pour quatre ans à un accord – non exclusif — de 100 millions de dollars pour la seule année 2019. Quinze ans après la diffusion de sa dixième saison, Friends n’a toujours pas de problèmes d’audiences. Nostalgiques de leur adolescence, jeunes curieux… Qui continuent de s’empiffrer les 236 épisodes signés Marta Kauffman et David Crane ?

Un plaisir nostalgique

En janvier dernier, Friends avait pris un sacré coup après une enquête de The Independant. Le verdict des jeunes était sans appel. Les millenials, qui avaient récemment découvert les aventures de Rachel, Monica, Phoebe, Ross, Chandler et Joey, avaient globalement trouvé la série grossophobe, transphobe et sexiste… Plus très en phase avec son époque ni avec les nouvelles générations, en somme. Le montant avancé mardi semble pourtant prouver le contraire.

« Si Netflix a mis 100 millions de dollars, c’est qu’ils savent que ça va marcher, soupçonne le sociologue David Morin Ulmann. La "nostalgie" existe très profondément en Occident, bien avant Friends ». On retrouve les héros de la sitcom avec plaisir tout comme on replonge dans l’époque de Grease, Saturday Night Fever ou les westerns spaghetti à la sauce Quantin Tarantino. « Il y a des séries qui sont plus ancrées dans une époque et qui dépassent cette époque », poursuit le chercheur. Rien que son titre, « Friends », tout est dit. « Elle porte une idéologie familialiste qu’on peut retrouver dans Fast and Furious et d’autres films », insiste-t-il. Une certaine légèreté et une convivialité.

« Les images ont vieilli (ainsi que les références aux acteurs/personnalités des années 90 aux US) mais les gags sont toujours aussi drôles ! », explique un internaute qui vient de se refaire l’intégrale. Et Rémi de confirmer : « Je regarde toujours en boucle, même sur TFX en ce moment ! J’en profite pour faire découvrir ça aux enfants, ils se régalent ! », écrit cet internaute à 20 Minutes. Netflix peut compter sur les fans invétérés, mais aussi sur leurs enfants pour enchaîner les épisodes les uns après les autres. C’est un moyen de partage et de transmission de l’émotion. C’est le même plaisir (coupable ?) quand un parent partage un classique de la pop culture du type Darty Dancing avec son enfant.

Désuet oui, mais

C’est une série qui rassemble. « On la regarde pour appartenir à un groupe et pour partager à nouveau un propos léger. Friends, c’est un propos léger et c’est d’autant plus important aujourd’hui que l’époque n’est pas à la légèreté », note David Morin Ulmann qui prédit une accélération du nombre de séries catastrophistes ambiance The Walking Dead et de comédies.

Oui, les personnages de Friends sont ringards, les décors désuets, les blagues parfois un peu lourdes. N’est-ce pas finalement ce qu’on vient y chercher, un bon délire kitsch qui fait voyager dans une autre époque ?