VIDEO. «Runaways» sur Syfy: «Le "Newport Beach" de l’univers Marvel? Ça me va!»

INTERVIEW « Runaways », dernière née de chez Marvel, est à la fois une série de super-héros et une série adolescente…

Propos recueillis par Vincent Julé

— 

«Runaways», la dernière série Marvel sur la chaîne Syfy
«Runaways», la dernière série Marvel sur la chaîne Syfy — 2018 Marvel / ABC Signature Studios

Arrow, Flash, Supergirl, Daredevil, Luke Cage, Iron Fist… On ne compte plus les séries de super-héros, il y en a maintenant autant que de films. Et elles ne sont pas toujours à la hauteur de nos attentes, surtout sur la longueur. Runaways, dernière née de chez Marvel et diffusée à partir de mardi soir sur Syfy, a l’avantage de la nouveauté, de la fraîcheur, mais aussi de se rappeler à un genre mésestimé de la télé, la série adolescente.

Adaptation du comics Les Fugitifs, Runaways suit un groupe d’ados des quartiers riches de Los Angeles qui tombent sur leurs parents en train de se livrer à un sacrifice humain. Mais ce n’est pas tout, ils se découvrent bientôt d’étranges pouvoirs surnaturels. Le boss de Marvel TV, Jeph Loeb, décrit sa série comme « le Newport Beach de l’univers Marvel », et ce n’est pas un hasard puisque l’on retrouve derrière les deux séries, un certain Josh Schwartz, également créateur de Gossip Girl. 20 Minutes a essayé de rentrer en télépathie avec lui (traduction : on lui a envoyé un mail).

Cela fait dix ans qu'Hollywood essaie d’adapter le comics Runaways, à quel moment êtes-vous arrivé sur le projet ?

Nous avons eu, avec Stephanie Savage, un rendez-vous informel avec Marvel TV en 2015. Enfin, « rendez-vous informel », nous avions déjà en tête de leur parler de Runaways, car nous savions que l’adaptation en film n’avançait pas et que nous avions peut-être une chance. Ce que nous ne savions pas, c’est que le boss Jeph Loeb et son équipe voulaient, eux aussi, nous parler de Runaways ! Les planètes se sont donc alignées d’elles-mêmes, le projet qui nous passionnait et que nous voulions adapter était celui sur lequel ils nous attendaient.

En quoi Runaways résonne avec votre travail et votre voix ?

J’ai lu le comics à sa sortie en 2003, soit juste après le début de la diffusion de Newport Beach. Je me rappelle que, dès les premières pages, j’ai été scotché par son intelligence et sa modernité. Que ce soit en termes de personnages, de relations, et de dynamique. Sans oublier un concept de départ super fun. Et c’était ma première rencontre avec le travail de Brian K. Vaughan, je me suis immédiatement dit que qu’il fallait que je devienne son meilleur ami. (rires)

Jeph Loeb décrit Runaways comme le « Newport Beach de l’univers Marvel », êtes-vous d’accord ?

Les deux ont définitivement des points en commun. Brian K. Vaughan et moi partageons une même sensibilité sur certaines thématiques que nous explorions au début des années 2000, comme la relation entre les adolescents et leurs parents. Comprendre en tant qu’enfant que ses parents sont faillibles et commettent des erreurs, et ce moment où les ados se sentent prêts à devenir adultes. Brian racontait cette histoire à travers le prisme d’un comics Marvel, et nous le faisions à travers celui d'un teen show de la FOX.

Des superpouvoirs, un être de lumière et même un dinosaure ! La série aurait pu être ridicule, et pourtant, elle est toujours équilibrée, crédible…

C’est d’autant plus délicat que l’univers de Marvel a beaucoup évolué ces dernières années. Il ne fallait surtout pas donner l’impression que le show se déroule dans un monde différent ou suit une continuité alternative. Quand nos personnages découvrent leurs pouvoirs, nous voulions vraiment que ce soit comme quelque chose qu’ils vivent, seuls, pour la première fois. Nous cherchions une approche réaliste, terre à terre. C’était risqué, sur le fil, mais les acteurs ont été fantastiques et accompagnent à merveille la trajectoire des personnages, qu’ils se mettent à briller, à soulever un camion ou à faire ami-ami avec un dino !

Quel autre comics ou super-héros aimeriez-vous adapter ?

Toute l’oeuvre de Brian K Vaughn si possible. (rires) Dans ma série Chuck, le héros a un poster de Y, le dernier homme dans sa chambre. La chaîne FX est actuellement en train de l’adapter en série, et j’ai hâte de découvrir le résultat. Personnellement, je me verrais bien travailler sur Paper Girls et surtout son chef d’oeuvre Saga.