«Les Simpson»: Pourquoi le personnage d'Apu va quitter la série

POLEMIQUE Caricatural, véhiculant des clichés racistes, le personnage d’Apu Nahasapeemapetilon suscite la polémique depuis des mois…

C.W.

— 

Apu Nahasapeemapetilon (au centre), est l'un des personnages secondaires des «Simpson» les plus connus.
Apu Nahasapeemapetilon (au centre), est l'un des personnages secondaires des «Simpson» les plus connus. — 20th Century Fox Television

Après vingt-huit ans de service, Apu Nahasapeemapetilon va plier boutique. Personnage récurrent des Simpson, l’épicier indien, propriétaire de la supérette Kwik-E-Mart, devrait bientôt faire ses adieux à la série, tel que l’a révélé Adi Shankar, producteur et showrunner de la série Castlevania. La raison ? Caricatural, véhiculant des clichés racistes, Apu n’a plus sa place à Springfield. Retour sur des mois de polémique.

Il y a près d’un an, Hari Kondabolu tirait la sonnette d’alarme avec The Problem with Apu. Dans ce documentaire, le comédien américain né de parents indiens révélait pourquoi le personnage de l’épicier indien lui semblait problématique et comment il en avait souffert durant l’enfance. « Les autres enfants imitaient l’accent d’Apu et sortaient ses phrases types comme "Bonjour monsieur Simpson", expliquait notamment Hari Kondabolu. Bien sûr qu’il est drôle, mais ça ne veut pas dire que c’est une représentation exacte, ou juste, ou justifiée. »

Présent dans Les Simpson depuis 1990, Apu a pendant longtemps été l’un des seuls personnages d’origine indienne dans un show grand public à la télévision américaine. Mais, pour Hari Kondabolu, le personnage bourré de clichés (accent très prononcé, père de huit enfants, etc.), montrait « le côté insidieux du racisme, parce qu’on ne le remarque pas même quand il est juste devant nous. Il devient tellement normal qu’on n’y pense même pas. » Autre problème, Hank Azaria, le doubleur américain – blanc – d’Apu, à l’origine de la nationalité du personnage. « Un homme blanc a créé un stéréotype de voix d’Indien, un groupe de scénaristes blancs ont rigolé, et voilà comment est né le grand tourment de mon enfance et une insulte vivante à mes parents », déplorait le réalisateur du documentaire.

Une justification bancale

The Problem with Apu a eu de telles répercussions que les scénaristes des Simpson y ont répondu dans un épisode en avril dernier. On y découvre Marge, relisant à Lisa un roman de son enfance. Mais, face aux nombreux clichés racistes de l’histoire, Marge tente de réécrire le livre pour le rendre « inoffensif », pour le plus grand ennui de sa fille. « Qu’est-ce que je peux faire ? » demande alors la mère. « C’est dur à dire, répond la petite fille. Quelque chose qui a commencé il y a plusieurs dizaines d’années et était applaudi et inoffensif est devenu politiquement incorrect. Que peut-on y faire ? » Le tout avec un zoom sur le portrait d’Apu sur la table de chevet de Lisa.

Une réponse à la polémique qui est loin d’avoir fait l’unanimité, notamment du côté de Hari Kondabolu. « Wow, politiquement incorrect ? C’est ça qu’ils ont retiré de mon film et du débat qu’il a lancé ? J’aimais vraiment cette série. C’est triste », réagissait-il.

Pas d’évolution du personnage

Face à cette polémique, l’équipe des Simpson n’aurait donc pas trouvé mieux que de faire disparaître Apu de Springfield. En fin de semaine, Adi Shankar révélait au site IndieWire avoir pourtant planché sur l’évolution d’Apu. En avril, le producteur avait lancé un concours de scénarios pour faire de ce personnage « créé par des hommes blancs dominants d’Harvard », « une représentation fraîche, drôle et réaliste des Indiens aux Etats-Unis ». Lauréat du grand prix de ce concours, Vishaal Buch proposait notamment de faire évoluer Apu en « homme d’affaires florissant ». Un « scénario parfait », selon Adi Shankar, qui déplore désormais que Les Simpson aient pris la décision de se séparer de ce personnage.

Sur Twitter, Al Jean, showrunner de la série, n’a pas démenti l’information, mais a tenu à préciser qu’Adi Shonkar « ne parlait pas au nom des Simpson ». Cependant, les jours d’Apu Nahasapeemapetilon aux côtés des habitants de Springfield semblent bel et bien comptés.