VIDEO. Pourquoi «Elite», la série avec le casting de «La Casa de Papel», va-t-elle cartonner?

ESPAGNE Maria Pedraza, Miguel Herrán et Jaime Lorente de «La Casa de Papel» sont réunis dans un teen drama qui a tout pour séduire sa cible…

Anne Demoulin

— 

Itzan Escamilla, Mina El Hammani, Miguel Herran dans «Elite».
Itzan Escamilla, Mina El Hammani, Miguel Herran dans «Elite». — Manuel Fernandez-Valdes/Netflix

Un teen drama sur fond de meurtre et de lutte des classes. A la suite du succès phénoménal et inattendu de La Casa de Papel, Netflix lance ce vendredi une nouvelle série espagnole, en huit épisodes, intitulée Elite. Pourquoi ce nouveau show ibérique risque de séduire ?

La forme narrative de Big Little Lies

Comme Big Little Lies, Elite s’ouvre par une scène de crime. Un élève est retrouvé assassiné à Las Encinas, le lycée le plus élitiste, huppé et compétitif d’Espagne. Comme dans Big Little Lies, toute l’histoire est racontée depuis une salle d’interrogatoire, par les témoins et les suspects de meurtre.

Quelque temps auparavant, Samuel, Christian et Nadia, trois jeunes aux origines modestes, ont intégré le prestigieux établissement, à la suite de l’effondrement du toit de leur lycée, grâce à une bourse scolaire. Leur intégration dans cette jeunesse dorée a créé de nombreuses tensions. Comment la situation a-t-elle dégénéré ?

Le casting de La Casa de Papel

Comme La Casa de Papel, Elite joue la carte des riches contre les pauvres. Les fans du succès espagnol auront le plaisir de retrouver trois anciens du braquage de la Fabrique nationale de la monnaie : Maria Pedraza qui jouait Alison Parker, Miguel Herrán qui incarnait Rio et Jaime Lorente, qui interprétait Denver, que 20 Minutes a rencontré lors d’une table ronde organisée par Netflix à Rome.

Miguel Herrán joue Christian : « Il a la rage. Il se fout de ses résultats scolaires. Son objectif est de faire partie de cette élite par le biais de l’amitié. Il pense qu’à passer du bon temps et à s’éclater. Nano est son meilleur ami. »

« Je suis le grand frère de Samuel, un des jeunes défavorisés qui rejoint le lycée », enchaîne Jaime Lorente. Et d’ajouter : « Mon personnage n’a pas fait d’études. Il sort de prison pour vol de voiture. Il est très intelligent mais se fourre toujours dans les problèmes ».

La troisième transfuge de La Casa de Papel interprète Marina, une lycéenne de la classe huppée. « Elle a 16 ans. Elle est très mature, intelligente et forte, avec une grande soif de vivre. Elle n’est pas très liée au reste de son monde », résume Maria Pedraza.

Des sujets graves comme dans 13 Reasons Why

Comme 13 Reasons Why, ce teen drama commence par la mort d’un adolescent. Comme la série créée par Brian Yorkey, Elite explore de nombreux problèmes actuels : la lutte des classes et les inégalités sociales évidemment, mais aussi le Sida, la drogue, l’avortement, le port du voile à l’école et l’homosexualité chez les adolescents.

Du glamour venimeux comme dans Gossip Girl

L’intrigue de Gossip Girl démarrait avec le retour de Serena Van Der Woodsen à Manhattan et l’arrivée de deux jeunes issus d’un milieu plus modeste, Dan Humphrey et de sa sœur Jenny à St Jude et Constance Billard.

Les lycéens privilégiés de Las Encinas partagent avec les héros de Gossip Girl le mépris de classe, un goût prononcé pour les ragots et les complots et les triangles amoureux torrides. Comme eux, ils sont jeunes, beaux, sexy et très bien sapés. Le mystère autour du meurtre, façon Pretty Little Liars, fonctionne bien. Elite a donc tous les atouts pour séduire sa cible, les millenials.