Règne de l’IA, fin du Super Bowl et départ de Trump dans «Casual»… Quand une série romantique imagine notre futur proche

C'EST DEJA DEMAIN La série de Hulu a versé dans la science-fiction pour sa dernière saison...

Laure Beaudonnet

— 

L'affiche de la saison 4 de la série de Hulu «Casual», diffusée en juillet 2018.
L'affiche de la saison 4 de la série de Hulu «Casual», diffusée en juillet 2018. — HULU
  • Casual a diffusé sa quatrième et dernière saison en août sur Canal + Séries.
  • Avant de dire au revoir à son public, la série romantique a imaginé le futur de ses personnages et du monde.
  • On vous raconte le futur version Casual.

La famille dysfonctionnelle de Casual a dit au revoir à son public en août sur Canal + après avoir passé quatre ans à décrire les déprimes d’Alex, les nœuds intellectuels de Valérie et les explorations adolescentes de Laura. La saison s’est achevée sur la séparation dans toutes ses représentations : rupture du cordon ombilical, déménagement, deuil, déception amoureuse… Et, si la série de Hulu n’a pas manqué de nous servir une brochette de personnages plus névrosés les uns que les autres, elle nous a décrit, par petites touches, sa vision du monde de demain.

A la manière de son titre - Casual -, c’est de manière un peu fortuite et désinvolte que des éléments futuristes se sont invités dans cette dernière saison. Quel futur la série portée par Michaela Watkins, Tommy Dewey et Tara Lynne Barr nous a-t-elle concoctée ?

Trump n’est plus président

Casual a laissé subtilement traîner quelques indices du monde demain. Dès l’ouverture, on peut difficilement louper certains changements. D’abord Alex est rasé (what ?), il est père de famille et il vit en colocation avec la génitrice, Rae, dont il est amoureux en secret. Laura a longuement voyagé et sa mère Valerie vit seule. Notre trio préféré a donc bien changé et les Etats-Unis de Donald Trump aussi. Dès le premier épisode, une discussion entre Alex et l’ex mari de Valérie donne la puce à l’oreille. Drew Meyers jette un coup d’œil à l’actualité sur son téléphone : « Wow, ils ont trouvé Scott Pruitt en Ukraine. Tu te souviens de lui ? 14 balles dans la rue », chuchote-t-il à son ex-beau-frère alors que Laura et sa petite amie racontent leur voyage. « Sans déconner », rétorque Alex avant de passer à autre chose. Une remarque lourde de sens quand on sait que Scott Pruitt était, jusqu'à sa démission cet été, l’un des ministres les plus controversés de l’administration Trump.

De son côté, le nom de Donald Trump sera prononcé plus tard, quand Alex fait une référence aux millions de gens qui ont voté pour l’ancienne star de The Apprentice (émission de téléréalité présentée par le président des Etats-Unis). En réalité, la dernière saison de Casual ne saute qu’une petite poignée d’années. L’action se déroule aux alentours de 2021-2022. « J’avais de grosses difficultés à être drôle dans le monde de Trump parce qu’il se produit beaucoup de choses très tristes et sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle, a expliqué le créateur Zander Lehmann à TVLine fin juillet. Faire un saut dans l’avenir permettait de montrer la lumière au bout du tunnel, un monde où certains de ces criminels sont traduits devant la justice et où une partie de ces gens sont punis pour toutes les horreurs qu’ils ont commises ».

Un monde d’intelligence artificielle

La saison 4 s’émancipe de son réalisme d’origine pour verser dans la prédiction à la manière de Black Mirror. Les éléments innovants s’invitent dans la série de manière si naturelle que le spectateur les perçoit à peine. Les assistants virtuels se sont généralisés, Alex ne passe pas un coup de fil sans l’assistance d’Ova, une sorte d’Alexa en forme d’œuf, et Valerie fait des cauchemars sur son intelligence artificielle. Les Uber n’ont plus de chauffeurs et les applis de rencontre sont passées à la réalité virtuelle. Fervent consommateur du dating numérique, Alex passe à la vitesse supérieure pour trouver l’amour. Le casque vissé sur le crâne, il partage plusieurs rendez-vous coquins avec une sublime créature, mais manque de pot, sa conquête est un bot qui en pince surtout pour son porte-monnaie. Rien de très neuf dans le fond… Sauf qu’on peut enchaîner les rendez-vous galants en restant sous la couette.

La disparition du Super Bowl

Dans quatre ans, le monde assistera à la disparition de la National Football League (NFL) et de sa finale, l’événement sportif le plus regardé de la télévision américaine. C’est la prophétie de Casual (on n’y est pour rien). Alex invite ses proches à regarder le dernier Super Bowl sur son écran (qui plante à cause d’un manque de bande passante). C’est l’élément le moins plausible de cette histoire mais Zander Lehmann avait envie de rêver. « Je ne crois pas que le football va disparaître ni même que la NFL changera de manière significative dans les cinq années à venir (…), mais je pense que nous avons tous une relation compliquée avec le sport de gladiateur, j’ai pensé que c’était une façon intéressante de commenter une chose à laquelle tout le monde pense sans avoir de réponse à apporter », a analysé Zander Lehmann. En tout cas, le futur de Casual nous apprend que même une famille un peu détraquée peut s’améliorer. On va avoir du mal à lui dire au revoir.