«Dietland», la série féministe engagée et enragée avec Julianna Margulies

REGIME Et si le pire ennemi de la cause féministe était la presse féminine ? Tel est le postulat de la nouvelle série avec Julianna Margulies…

Anne Demoulin

— 

Joy Nash et Julianna Margulies sont les héroïnes de «Dietland».
Joy Nash et Julianna Margulies sont les héroïnes de «Dietland». — Erik Madigan Heck/AMC
  • Julianna Margulies revient sur le petit écran avec la série « Dietland ».
  • Dietland est l’adaptation du roman éponyme féministe culte de Sarai Walker
  • La série critique les diktats de la beauté imposés par les magazines féminins, le patriarcat et la misogynie.
  • Dietland  met en scène une héroïne obèse qui se bat contre la grossophobie. 

« Sept astuces pour maigrir avant l’été », « 4 exercices pour se sculpter un corps de rêve », « Le secret pour un teint parfait »… Et si le pire ennemi de la cause féministe était la presse féminine ? La nouvelle série d’AMC, disponible en France sur Amazon Prime Video, Dietland est l’adaptation du roman éponyme de Sarai Walker.

Critique au vitriol des diktats de la beauté imposés par les magazines féminins, de l’industrie des régimes, du fat shaming, du patriarcat et de la misogynie, le roman est devenu culte auprès des mouvements féministes. Qu’en sera-t-il de la série ?

Une papesse de la mode

Juliana Margulies, y incarne Kitty Montgomery, rédactrice en chef du Daisy Chain, un magazine féminin. A l’instar d’ Anna Wintour, cette papesse des médias est belle, mince, stylée, charismatique, et froide. Elle dirige d’une main de fer cette usine à normes et injonctions qui pèsent sur les femmes dès l’enfance. Bourreau et victime tout à la fois.

Une héroïne obèse

Si Dietland signe le retour sur le petit écran de la star d’Urgences et de The Good Wife, Juliana Margulies joue ici les seconds rôles. Dietland suit l’histoire de Plum Kettle, campée par Joy Nash, repérée dans le rôle de Dido dans Twin Peaks - The Return. Cette jeune new yorkaise obèse se bat contre le regard des autres et prête sa plume à Kitty pour répondre avec intelligence et bienveillance au courrier de lectrices désorientées et en souffrance, toutes plus désespérées par leur image les unes que les autres.

Plum Kettle est devenue obèse en s’infligeant tous les régimes, diètes et autres méthodes miracles. Conditionnée depuis son plus jeune âge, elle s’interdit de vivre parce qu’elle a intégré la grossophobie et qu’elle subit du fat shaming. Bourreau et victime tout à la fois, comme Kitty.

Et des justicières en croisade

Alors qu’elle s’apprête à subir une gastroplastie, opération chirurgicale censée changer sa vie, elle est contactée par un mystérieux mouvement féministe alors qu’un enquêteur débarque à la rédaction à la suite d’un hacking

Parallèlement, une autre trame criminelle se met en place : un groupe de justicières autoproclamées en croisade meurtrière contre des hommes accusés de viols, notamment dans l’entourage de sa patronne…

Souvenirs en flash-back, fantasmes en séances animées, commentaires en voix off, on se prend vite d’affection pour cette héroïne en surpoids, réservée et peu sûre d’elle. Seul hic, dans les deux épisodes qui constituent le pilote de Dietland, le ton de Marti Noxon, scénariste qui a officié sur UnREAL, n’est pas aussi acerbe, satirique et subversif que celui du roman.