Sondage OpinionWay pour «20 Minutes»: Une série a déjà influencé la vie de 71% des jeunes de 18 à 30 ans

ETUDE A l’occasion du lancement du festival Series Mania à Lille ce vendredi, 20 Minutes a mené l’enquête sur le rapport intime qu’entretiennent les jeunes avec les séries télévisées…

Anne Demoulin

— 

Le lit est le lieu privilégié par les jeunes pour mater une série.
Le lit est le lieu privilégié par les jeunes pour mater une série. — Netflix

Qu’il est loin le temps où l’on regardait Dallas assis en famille sur son canapé ! Selon un sondage OpinionWay pour 20 Minutes*, 86% des 18-30 ans du groupe MoiJeune regarde des séries au lit, dont 21 % « tout le temps ». A l’occasion du lancement du Festival Séries Mania Lille-Hauts de France ce vendredi, 20 Minutes a mené l’enquête sur le rapport intime qu’entretiennent les jeunes avec les séries télévisées.

Au lit avec une série

Seuls 14 % des répondants n’ont jamais regardé de séries dans ce havre privé de paix qu’est le plumard. Le plaisir sériel revêt une dimension essentiellement intime. C’est souvent un plaisir solitaire. Selon un autre sondage OpinionWay pour 20 Minutes**, 79 % des répondants de 18-30 ans du groupe MoiJeune aiment regarder des séries seuls. Ils sont 47 % à apprécier le faire en couple, et seulement 14 % en famille. C’est une pratique quotidienne puisqu’ils sont 74 % à regarder des séries « tous les jours ou presque ».

Un épisode en moins si affinité

« Chéri, on se mate un dernier épisode ? » Les séries, consommées souvent au lit, sont addictives et il est tentant de visionner un épisode de plus. Conséquence ? Le binge-watching ne fait pas de bien à la libido des jeunes. 11 % avouent que leur consommation de séries impacte leur activité sexuelle.

Heureusement, les séries permettent aussi de se sortir de certaines situations délicates concernant la vie intime : « La première fois avec mon copain, la capote craque. Ça ne m’était jamais arrivé ! J’aurais dû paniquer, faire une crise d’angoisse. Mais, je ne l’ai pas fait car j’avais vu un épisode de Master of None, dans lequel Aziz et sa copine vivent la même aventure. La solution était dans la série », confie un des répondants. Les séries permettent aussi d’élargir les horizons. «Sense8 m’a permis de découvrir des envies sexuelles que je ne connaissais pas », reconnaît un autre.

Série à deux, caprice à deux

Les séries n’influent pas dans le choix du partenaire puisque 98 % d’entre elles pourraient être en couple avec quelqu’un qui déteste sa série préférée.

Mais concernant le fait de «cheater », c’est-à-dire regarder en cachette les épisodes d’une série commencé à deux, les avis sont partagés. Si près de la moitié considère que ce n’est pas grave, près d’1/3 estime que « ça ne se fait pas », traduisant un côté un peu sacré de cette activité quand elle est réalisée à deux.

J’peux pas, j’ai série

Etre sériephile n’empêche pas les jeunes d’assurer puisque 83 % d’entre eux n’ont jamais séché les cours ou le boulot. Mais être fan de séries a un impact également sur la vie sociale : plus d’1/4 seraient prêts à annuler une soirée entre amis le soir du final de Game of Thrones, 17 % à annuler un rencard et même 11 % à décaler leur départ en vacances !

Anéantis à la fin d’une série

Lorsqu’une série s’achève, les 3/4 des répondants (73 %) se sentent tristes. « Il faut faire un travail sur soi pour accepter la fin d’une série. Certains fans tombent dans un état de pure angoisse de séparation. C’est tout à fait naturel de ressentir un vide parce que certaines séries occupent une grande place dans la vie des gens », expliquait à 20 Minutes Olivier Joyard au moment de la diffusion de son documentaire Fin de séries dans lequel il rencontrait des fans de série pour évoquer ce douloureux moment qu’est le dernier épisode…

Les personnages de séries sont comme des amis avec lesquels on a passé pas mal de bon temps : « J’ai dû faire le deuil d’un personnage mort dans une série… Oui, c’est grave, mais j’ai été très triste plusieurs semaines », admet un répondant.

Les séries, ça change la vie

La majorité des répondants (71%) reconnaît l’influence d'une série sur leur vie. 38 % des personnes interrogées reconnaissent avoir changé d’opinion sur un sujet après avoir maté un show. « Sense 8 m’a sensibilisé et ouvert l’esprit », avoue un répondant. «13 Reasons Why a changé ma perception du suicide », confie un autre.

« Lorsque j’ai regardé Dear White People, j’ai revu mon point de vue sur le racisme », reconnaît un troisième. «Pretty Little Liars m’a fait réfléchir à l’impact du harcèlement », détaille un quatrième. «Breaking Bad m’a ouvert les yeux sur la vie souvent cabossée des drogués », lance un cinquième. «Orange is the New Black a remplacé les préjugés que je pouvais avoir sur la prison », note un sixième.

13 % ont pris des décisions importantes pour leur vie à cause d’une série. «This is Us m’a donné l’envie d’adopter un enfant », explique un répondant. « Depuis que je suis au lycée, j’ai regardé beaucoup de séries médicales. Cela m’a motivé dans mon orientation, si bien que je suis maintenant en 2e année médecine ! », raconte un second. Les séries montrent ici une vraie capacité à être leader d’opinion, prescripteurs.

Des copies en séries

9 % des répondants a déjà changé de look à cause d’une série. « Pendant un épisode de La Casa de Papel, j’ai pris des ciseaux et je me suis coupé les cheveux comme Tokyo, sur un coup de tête », lance l’un d’eux. « Au lycée, je faisais mes achats vestimentaires en fonction de la tenue de Brooke Davis (Les Frères Scott) dans l’épisode du samedi », se souvient un autre.

Près d’1/4 a même déjà adopté la façon de parler d’un personnage. « Je peux me servir de certaines répliques qui font mouche », explique l’un d’entre eux. Un autre s’amuse à « parler comme les personnages de Kaamelott avec les expressions d’antan ».

Des envies en série

Nombreux sont ceux qui se servent des séries pour améliorer leurs compétences linguistiques. « Les séries anglo-saxonnes m’ont vraiment fait améliorer mon anglais », se réjouit l’un tandis que l’autre se félicite de « parler avec l’accent espagnol après La Casa de Papel ».

Les meilleurs shows donnent aussi envie de voyager là où se déroule la série pour 39 % d’entre eux. Game of Thrones a « renforcé mon envie d’aller en Irlande », confie l’un d’eux. «Dexter m’a donné envie de visiter Miami », avoue un autre. Un troisième a eu « envie d’aller à Naples après avoir vu Gomorra ». Sexualité, apprentissage, opinions, look et vacances… les séries font la loi dans la vie des jeunes.

Si vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez participer au projet « #MOIJEUNE », une série d’enquêtes lancée par 20 Minutes et construite avec et pour les jeunes. Toutes les infos pour vous inscrire en ligne ici.

*Etude OpinionWay pour 20 Minutes réalisée en ligne du 19 au 24 avril 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 755 jeunes âgés de 18 à 30 ans (méthode des quotas).

**Etude OpinionWay pour 20 Minutes réalisée en ligne du 15 au 20 décembre 2017 auprès d’un échantillon représentatif de 811 jeunes âgés de 18 à 30 ans (méthode des quotas).