20 Minutes : Actualités et infos en direct
récitCamille Lellouche évoque son alcoolisme et les violences conjugales

« C’est ça qui m’a abîmée », Camille Lellouche évoque son combat contre l’alcoolisme et les violences conjugales

récitL’humoriste et chanteuse était invitée du « Journal inattendu » sur RTL, samedi
Camille Lellouche, actrice, chanteuse, humoriste, et tout ça à la fois.
Camille Lellouche, actrice, chanteuse, humoriste, et tout ça à la fois. - JP PARIENTE/SIPA / SIPA
Xavier Regnier

X.R.

«Etre artiste, c’est savoir faire plein de choses qui viennent du milieu artistique. » Avec philosophie, Camille Lellouche a longuement évoqué sa vie, sa carrière, et beaucoup de ses failles, samedi dans le « Journal inattendu » de RTL. Sans détour, elle confie son goût pour les chansons mélancoliques, à mille lieues de son répertoire d’humoriste. « C’est ce qui me touche le plus, j’ai besoin de vibrer » en chanson, dit-elle.

Devenir chanteuse, en plus d’humoriste, c’est ce qui lui a permis de se livrer sur les violences conjugales qu’elle a subies. « Quel autre moyen pour en parler que la musique ? », interroge-t-elle, avant d’évoquer la difficulté à sortir des relations toxiques. « Les gens ne comprennent pas que c’est un long processus, c’est très facile de dire à quelqu’un "quitte-le" ». Les violences conjugales, Camille Lellouche en parle dans son titre N’insiste pas. « J’étais trop fragile pour dire que c’est à moi que c’était arrivé » lors de la promotion du titre, raconte-t-elle, jusqu’au jour où elle s’est confiée dans l’émission « Sept à Huit » : « J’ai été libérée d’un autre poids ».

« Il ne faut pas être dans le déni » sur l’alcoolisme

Aujourd’hui, l’artiste se dit « fière d’avoir réussi à faire une chanson dans laquelle énormément de femmes arrivent à s’identifier », et retient, parmi les « 300 à 400 messages par jour », l’histoire d’une jeune femme qui a fait demi-tour en entendant le morceau alors qu’elle se rendait chez l’homme qui la battait. « A vie, on ne guérit jamais de ça, mais je suis beaucoup plus apaisée et sereine », confie-t-elle à l’antenne.

Celle qui se définit comme « assez timide et pudique » apprécie l’absence de « filtre » en musique, après des années à se cacher derrière « un personnage sur scène » en tant qu’humoriste, avec « son rythme et sa mélodie » propre. Mais elle va aussi chercher encore plus profond avec une troisième facette de son métier, celui d’actrice. « Il ne faudrait pas aller dans ses ressources personnelles », dans ses « failles », pour incarner un personnage, mais c’est plus fort qu’elle.

En fin d’émission, Camille Lellouche évoque d’ailleurs une autre faille, un moment où elle « s’est abîmée » : l’alcoolisme. Galérant à lancer sa carrière d’artiste, celle qui bossait alors dans la restauration pour joindre les deux bouts a sombré sans en avoir l’air. « A partir du moment où tu travailles, tu sors, tu bois, et tu fais ça 7/7, tu es alcoolique, faut pas être dans le déni », avance-t-elle, cash. « Il faut juste l’admettre, mais en France on a un problème avec ça. »

Sujets liés