L’ancien majordome fait le point sur les petites habitudes du roi Charles III

MANIES ROYALES Au cas où vous vous demandez si le monarque exige vraiment des lacets repassés, voici la réponse

Caroline Madjar (Cover Media)
Le roi Charles III
Le roi Charles III — Avalon / Starface

Que n’a-t-on pas lu sur les exigences et habitudes de Charles III, depuis qu’il est devenu roi. Ces rumeurs ont, certes, été aidées par l’attitude du monarque lui-même face à quelques démoniaques stylos, mais qu’en est-il vraiment ? Eh bien, son ancien majordome, Grant Harrold, a décidé de prendre la parole. Et il est visiblement tout autant halluciné que le reste du commun des mortels.

Le nouveau roi d’Angleterre se déplace-t-il avec sa propre lunette de toilettes ? Demande-t-il à ce que ses lacets soient repassés ? « Pourquoi voulez-vous ne serait-ce que repasser des lacets ? Ça n’a vraiment aucun sens… C’est complètement fabriqué et je ne sais pas d’où ces remarques viennent », a déclaré l’ancien employé royal à ET Canada.

Course-poursuite au château

Au dernier questionnement de Grant Harrold, nous pouvons répondre : l’information émane de Paul Burrell, l’ancien majordome de Lady Diana, l’ex-femme de Charles, et qui, comme sa patronne, n’a jamais vraiment beaucoup porté Charles dans son cœur. Il a fait ces déclarations à propos des lacets royaux dans un documentaire pour Amazon Prime, intitulé Serving the Royals : Inside the Firm. En ce qui concerne le trône personnel du roi, la rumeur vient du livre Rebel Prince, The Power, Passion And Defiance Of Prince Charles, de l’ancien journaliste de la BBC, Tom Bower, qui a recueilli plusieurs témoignages.

Pour Grant Harrold, ce ne sont que « des bêtises ». A l’en croire, Charles est « comme sa mère », c’est-à-dire « drôle, piquant et un homme de tradition ». Il prédit tout de même au nouveau roi que ce n’est que le début des difficultés, car « tout le monde aimait la reine » Elizabeth II. Selon lui, il en sera de même pour la reine consort, Camilla, qui est pourtant « une femme adorable et très famille », mais a aussi « un sens de l’humour incroyable ». Et de révéler ce jour où il marchait à côté de l’épouse du roi, dans un couloir, quand elle s’est « soudainement mise à courir » et ils ont donc fait la course jusqu’à une autre pièce. « On est arrivé dans la pièce, elle se tenait derrière une chaise, m’a regardé et a souri en faisant une sorte de clin d’œil », a-t-il détaillé.

Qui a dit que la vie de château était d’un ennui sans nom et que les employés ne s’amusaient pas ?