Le prince Andrew a obtenu un privilège refusé au prince Harry pour les funérailles de la reine Elizabeth II

ROYAUTE Il semble que se sortir d’une plainte pour agression sexuelle sur mineure en signant un accord financier passe mieux que de quitter la famille royale britannique

Caroline Madjar (Cover Media)
— 
La reine Elizabeth II et son fils, le prince Andrew
La reine Elizabeth II et son fils, le prince Andrew — Albert Nieboer/picture-alliance/Cover Images

Si toute la famille royale semble avoir mis de côté ses différends pour la mort de la reine Elisabeth II, certains membres ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi, le prince Andrew a le droit de porter sa tenue militaire pour la dernière veillée funèbre de sa mère à Westminster Hall. Une dérogation exceptionnelle, puisque le duc d’York a été déchu de tous ses titres et décorations après le scandale de l’affaire Epstein.

Le fils de la reine avait été accusé d’avoir eu des relations sexuelles non consenties avec une mineure fournie par l’homme d’affaires pédophile. Une plainte qui n’a jamais été jugée, puisque le prince Andrew a préféré passer un accord financier avec son accusatrice. Depuis, il n’a plus aucune fonction officielle au sein de la famille royale britannique et doit, en conséquence, être habillé en civil lors d’événements officiels.

Deux poids, deux mesures

C’est donc un privilège qui lui est accordé, mais auquel n’a pas eu droit le prince Harry. Le petit-fils de la reine est, lui aussi, retourné à la vie civile en demandant à ne plus être un membre senior de la famille royale. Il n’a donc plus le droit de porter ses tenues militaires… et cela restera ainsi, même pour les obsèques de sa grand-mère.

Plutôt bon prince, Harry a réagi à cette différence de traitement avec subtilité par l’intermédiaire de son porte-parole. « Le prince Harry, duc de Sussex, portera un costume de jour durant les événements en l’honneur de sa grand-mère. Sa décennie au service de l’armée n’est pas déterminée par l’uniforme qu’il porte et nous demandons respectueusement que l’intérêt se concentre sur la vie et l’héritage de Sa Majesté la Reine Elizabeth II », a-t-il fait savoir à E! News. En clair : l’habit ne fait pas le moine.