Sean Bean n'aime pas vraiment le travail des coordinateurs d'intimité sur les tournages

CINEMA La star de «Game of Thrones» estime que leur présence « gâche la spontanéité » des scènes d’amour

20 Minutes avec agences
L'acteur Sean Bean
L'acteur Sean Bean — Lionel Urman/Panoramic/Starface

Pour Sean Bean, l’utilisation devenue récurrente de coordinateurs d’intimité sur les tournages est plutôt contre-productive. Pour l’acteur qui a incarné Ned Stark dans Game of Thrones, cette pratique censée fluidifier les interactions des acteurs lors des scènes d’amour a plutôt tendance à le crisper.

« Ça va plutôt m’inhiber parce que ça attire mon attention sur les choses. Quelqu’un te dit, “Fais ceci, mets ta main là… Je pense que la manière naturelle dont les amants agissent serait ruinée par quelqu’un qui ramènerait tout à un exercice technique », a-t-il expliqué au Times, avant de se remémorer son expérience sur le tournage de Lady Chatterley, la série de 1993 adaptée du classique de D. H. Lawrence dans laquelle il faisait face à Joely Richardson.

Une intimité au service du récit

« Lady Chatterley était (un tournage) spontané. C’était une joie. Il y avait une bonne alchimie entre nous, et nous savions que ce que l’on faisait était inhabituel », a poursuivi Sean Bean en référence à sa partenaire à l’écran. « Parce qu’elle était mariée, et que je l’étais aussi. Mais on suivait l’histoire. On essayait de refléter la vérité de ce que D. H. Lawrence avait écrit. »

Toutefois, Sean Bean admet volontiers que la présence des coordinateurs d’intimité est un moyen pour les studios de se couvrir dans l’ère post #MeToo, tandis qu’il n’est plus question d’imposer n’importe quoi aux comédiens et, a fortiori, aux comédiennes sur le plan de la nudité et des scènes de sexe.