Dans un post bouleversant, Stéphane Bern annonce le décès de son frère aîné Armand

DISPARITION Six mois après avoir perdu son père, Stéphane Bern doit affronter un nouveau décès dans sa famille, celui de son frère aîné Armand Bern

Xavier Héraud
— 
French TV host Stephane Bern arrives to visit the exhibition "Paris-Athens. The birth of the modern Greece" in the Louvre museum courtyard, in Paris, Monday, Sept. 27, 2021. (AP Photo/Francois Mori)/NYOTK101/21270643162049//2109271955
French TV host Stephane Bern arrives to visit the exhibition "Paris-Athens. The birth of the modern Greece" in the Louvre museum courtyard, in Paris, Monday, Sept. 27, 2021. (AP Photo/Francois Mori)/NYOTK101/21270643162049//2109271955 — Francois Mori/AP/SIPA

Six mois après avoir annoncé le décès de son père, Stéphane Bern a publié ce mercredi un post sur les réseaux sociaux annonçant la disparition de son frère aîné, Armand Bern.

Dans un texte émouvant, l’animateur télé s’adresse à ce dernier : « Armand, mon cher frère, écrit-il. On s’était jurés qu’on resterait unis pour la vie et la mort nous a séparés ce 6 août. Tu es parti trop tôt, à un mois de ton 60e anniversaire, après avoir lutté courageusement contre le mélanome qui a fini par l’emporter. »

« Pudique et modeste, humble et taiseux, mais terriblement sensible, tu n’aimais pas les épanchements et me laissais prendre la lumière pour mieux rester dans l’ombre, mais en vérité tu étais le pilier de notre famille, le roc, l’aîné et le bon génie vers lequel on se tournait », poursuit Stéphane Bern.

L’animateur vante ensuite la simplicité et la réussite de ce frère aîné de 14 mois, qui a eu le bac à 16 ans et Polytechnique à 19 ans : « Brillant ingénieur, collaborateur attentionné et humain, tu étais apprécié dans les sociétés pour lesquelles tu travaillais, dont Lear ou Safran. Ton intelligence m’impressionnait, ta capacité de travail, ton immense culture, ta gentillesse, ton humour et ta grande générosité. »

Armand Bern laisse derrière lui son épouse, trois enfants et plusieurs petits enfants. « Je te fais le serment d’être fidèle à ta mémoire, d’être pour eux un autre père. La seule mort, c’est l’oubli. Je t’honorerai et t’aimerai jusqu’à ma propre mort », promet le spécialiste des têtes couronnées. ll termine en incitant ceux qui ont connu et aimé son frère à faire un don pour la recherche sur le mélanome.