Un des ravisseurs des chiens de Lady Gaga condamné à quatre ans de prison

JUSTICE Trois suspects avaient été inculpés de tentative de meurtre et de vol en avril 2021

20 Minutes avec AFP
Lady Gaga au Tottenham Hotspur Stadium de Londres le 29 juillet 2022
Lady Gaga au Tottenham Hotspur Stadium de Londres le 29 juillet 2022 — Marco Piraccini/Mondadori Portfo/SIPA

Un des trois hommes accusés d’avoir agressé violemment un employé de Lady Gaga pour enlever les chiens de la star a été condamné à quatre ans de prison mercredi à Los Angeles. Jaylin Keyshawn White, 20 ans, a plaidé coupable de vol, reconnaissant avoir fait partie du groupe qui avait tiré sur Ryan Fischer alors qu’il promenait les trois bouledogues français à Hollywood, en février 2021.

Une récompense de 500.000 dollars

Des images de vidéosurveillance montraient deux hommes sortir d’une voiture près de l’employé de la chanteuse, avant de le blesser par balle à la poitrine. Les individus s’étaient alors emparés de deux des chiens, Koji et Gustav, s’enfuyant en laissant Ryan Fischer à terre, en sang. Le troisième chien, Miss Asia, s’était enfui mais était ensuite revenu se blottir près de son promeneur.

Lady Gaga avait offert une récompense de 500.000 dollars pour le retour de ses précieux bouledogues français. Une femme les avait ramenés, disant les avoir trouvés attachés à un poteau, avant d’être arrêtée à son tour. Selon les policiers, elle entretenait une relation avec le père d’un des agresseurs et avait été chargée de récupérer la récompense pour leur compte.

Un homme toujours recherché

Les trois suspects avaient finalement été inculpés de tentative de meurtre et de vol en avril 2021. L’un d’eux, auteur du coup de feu, a été libéré par erreur en avril, à la suite d’une erreur administrative. Les autorités recherchent depuis activement James Howard Jackson, et ont offert jusqu’à 5.000 dollars de récompense pour toute information menant à sa capture.

L’affaire avait illustré la popularité de ces chiens auprès des stars… Et des criminels, pour qui leur petite taille et leur prix élevé en font des cibles privilégiées en vue d’une revente sur le marché noir.