Magali Berdah obtient la fermeture du compte Instagram de Booba pour harcèlement

HARCELEMENT L’agent des stars de la téléréalité avait annoncé avoir porté plainte en mai dernier

Caroline Madjar (Cover Media)
Magali Berdah accuse Booba de harcèlement
Magali Berdah accuse Booba de harcèlement — Sebastien Fremont / Starface

Première victoire pour Magali Berdah contre Booba. Celle qui gère la carrière de nombreuses stars de la téléréalité vient d’obtenir la fermeture du compte Instagram de Booba, @OKLM. Et ce n’est pas le réseau social qui a agi, c’est une décision de justice qui en est à l’origine.

La jeune femme avait en effet annoncé avoir déposé plainte contre le rappeur, qu’elle accuse de harcèlement, en mai dernier. Cette première conséquence judiciaire pour le Duc de Boulogne a été confirmée par la principale intéressée. Magali Berdah a publié un communiqué sur Instagram ainsi que le courrier du Président du Tribunal Judiciaire. Ce dernier ordonne à « Meta Plateforms Ireland Limited », la société mère du site de partage de photos, « de fermer le compte » de Booba.

Le temps de la justice

Si Magali Berdah se désole un peu que « le temps de la justice n’est pas celui des réseaux sociaux », elle encourage ses abonnés (1,2 million tout de même) à se battre contre le cyberharcèlement. « Ne laissez jamais personne vous faire du mal gratuitement ! Personne n’est au-dessus de personne ! N’acceptez pas de vous faire humilier ! N’acceptez pas de vous faire rabaisser ! N’acceptez pas de vous faire diffamer par un tribunal médiatique sans pitié et sans humanité ! Battez vous avec la justice !! C’est long !! C’est douloureux mais ça aboutit », a-t-elle écrit.

Dans son communiqué, la femme d’affaires rappelle ce qu’elle reproche à Booba : la « prendre pour cible sur les réseaux sociaux par des publications mensongères et humiliantes », l’avoir « livrée à sa meute de "pirates" haineuse » qu’il encourage, avoir « massivement diffusé sur les réseaux sociaux » mais aussi à sa famille et ses proches une « vidéo pornographique » en prétendant « fallacieusement » qu’elle y apparaissait. Magali Berdah évoque également les « menaces de mort » quotidiennes qu’elle reçoit, les « propos antisémites et sexistes » et les encouragements au suicide. Le tribunal a également réclamé à Instagram de communiquer « les données de nature à permettre l’identification de l’auteur des propos ».

« A tous les hommes qui croient que c’est tellement plus facile de s’en prendre à une femme, vous vous trompez… », conclut Magali Berdah sur Instagram.