Amber Heard : l'actrice demande l'annulation de sa condamnation face à Johnny Depp

PROCES L'actrice américaine estime que la décision du jury a été prise avec des preuves insuffisantes

20 Minutes avec agences
L'actrice Amber Heard
L'actrice Amber Heard — Nils Jorgensen/INSTARimages.com/Cover Images

Faute de pouvoir réunir l’argent pour faire appel, Amber Heard semble avoir pour le moment opté pour une autre stratégie : demander l’annulation du verdict dans son procès contre Johnny Depp. L’actrice d’Aquaman a perdu en diffamation face à son ex-mari le mois dernier, et elle estime que la décision du jury de la condamner à 10 millions de dollars de dommages et intérêts n’est pas justifiée.

Dans un document de 43 pages remis par ses avocats, et relayé par le Guardian, la star réclame tout simplement l’annulation de la sentence. La raison ? Les preuves seraient insuffisantes, affirment les conseils de l’actrice. Ils insistent par ailleurs sur le fait que rien n’indique que c’est à cause d’Amber Heard que la star de Pirates des Caraïbes a perdu son rôle dans la franchise. Et, de manière plus surprenante, ils s’attaquent également à un des jurés !

Pas validé

D’après les avocats d’Amber Heard, un des membres du jury appelé à s’exprimer lors du procès devait être né en 1945, selon les documents remis par le tribunal. Or la personne qui s’est présentée dans la salle d’audience semblait être née en 1970, d’après des informations publiques. « Cette différence d’âge soulève la question de savoir si le juré 15 a effectivement reçu une convocation pour être juré et a été correctement contrôlé par la cour pour faire partie du jury », peut-on lire dans le document.

Cette demande d'appel qui ne dit pas son nom semble être la dernière tentative d’Amber Heard de contester cette décision de justice très problématique pour la suite de sa carrière. La juge en charge du dossier, Penny Azcarate, avait en tout cas fait savoir qu’aucune audience supplémentaire ne serait accordée et que, pour faire appel, l’actrice devait déposer, sur un compte gelé, la somme à laquelle elle avait été condamnée en première instance. Une somme que, de son propre aveu, elle ne possède pas.