Machine Gun Kelly raconte le moment où il a voulu se suicider alors qu’il était au téléphone avec Megan Fox

DEPRESSION L’artiste avait touché le fond alors qu’il luttait contre ses addictions

20 Minutes avec agences
— 
Les fiancés Megan Fox et Machine Gun Kelly
Les fiancés Megan Fox et Machine Gun Kelly — BauerGriffin/INSTARimages.com/Cover Images

Machine Gun Kelly a été à deux doigts de se tirer une balle dans le crâne alors qu’il était au téléphone avec Megan Fox. Un épisode cauchemardesque que l’artiste a tenu à raconter dans Life in Pink, un documentaire Hulu qui lui est consacré. Ce soir de juillet 2020, date anniversaire de la sortie de son album Hotel Diablo, le chanteur venait de perdre son père.

« Je n’arrivais pas à sortir de ma chambre et je commençais à avoir des idées très, très, très sombres. Megan était partie en Bulgarie pour tourner un film, et j’ai commencé à être méchamment paranoïaque. Genre, j’étais persuadé que quelqu’un allait venir pour me tuer », raconte-t-il dans un extrait du film relayé par Page Six, ajoutant qu’il dormait toujours avec un fusil près de son lit.

Le canon dans la bouche

« J’ai appelé Megan. Je lui ai dit, “Tu n’es pas là pour moi”. Je suis dans ma chambre et je pique une crise contre elle. Mec, j’ai mis le fusil dans ma bouche. Et je criais dans le téléphone avec le canon dans la bouche. J’ai armé le flingue et la balle, en remontant, s’est juste coincée. Megan était silencieuse comme une morte », a poursuivi Machine Gun Kelly.

C’est alors que Megan Fox a su rassurer celui qu’elle considère aujourd’hui comme son âme sœur, en lui exprimant son envie de se marier avec lui. « Je me suis dit que j’avais vraiment besoin d’arrêter les drogues pour de vrai cette fois-ci », ajoute enfin Machine Gun Kelly, qui confiait fin 2020 avoir débuté une thérapie pour en finir avec ses addictions. Et un an plus tard, il déclarait à E! News : « Désormais, ma drogue de prédilection est le bonheur et le dévouement à l’art, plutôt que le dévouement à un vice qui, je le croyais, était nécessaire à l’art ».