Whoopi Goldberg a un message pour le juge de la Cour suprême américaine Clarence Thomas

IVG Après avoir révoqué le droit à l’avortement, la Cour suprême pourrait s’attaquer au mariage pour tous

20 Minutes avec agences
— 
L'actrice Whoopi Goldberg
L'actrice Whoopi Goldberg — ROGER WONG/INSTARimages.com/Cover Images

Whoopi Goldberg est, comme bien d’autres personnalités, affligée par les récents propos du juge de la Cour suprême américaine Clarence Thomas. Alors que la plus haute institution judiciaire des États-Unis vient d’abroger l’arrêt Roe vs Wade qui garantit constitutionnellement le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) outre-Atlantique depuis 1973, l’homme de loi a évoqué son souhait de revoir d’autres décisions de la Cour, notamment l’accès à la contraception et le mariage pour tous.

Et la star de Sister Act de se demander jusqu’où ira ce détricotage des droits fondamentaux au nom du respect à la lettre de la Constitution américaine.

Retour en arrière

« Qu’est-ce qui va suivre ? Comme Clarence Thomas l’a signalé, ils voudraient se débarrasser de la contraception. Vous y comprenez quelque chose, Monsieur ? Non, parce que vous n’avez pas à l’utiliser. Vous feriez mieux d’espérer qu’ils ne s’en prennent pas à vous la prochaine fois, Clarence, en disant que vous ne devriez pas être marié à votre femme qui se trouve être blanche », a déclaré Whoopi Goldberg sur le plateau de The View, faisant référence à l’arrêt Loving vs Virginia qui autorise les mariages interraciaux aux États-Unis depuis 1967.

« Nous n’étions pas non plus dans la Constitution. Nous ne sommes même pas des gens dans la Constitution », a-t-elle enchaîné, rappelant que le texte fondateur de la démocratie américaine a été écrit sans prendre en compte la population noire, qui était alors réduite en esclavage. « Vous feriez mieux d’espérer que personne ne dise que vous ne faites pas partie de la Constitution. Vous en revenez à être une personne de second ordre, parce que ça ne va pas fonctionner non plus. »