Matthew McConaughey demande des mesures de « responsabilité » sur les armes à feu, plutôt que du contrôle

TUERIES DE MASSE L'acteur estime que l'inaction ne peut plus durer

20 Minutes avec agences
— 
L'acteur Matthew McConaughey
L'acteur Matthew McConaughey — RobinLori/INSTARimages.com/Cover Images

Matthew McConaughey a donné son avis sur le débat entourant le contrôle des armes à feu aux Etats-Unis. L’acteur, né à Uvalde, au Texas, où 19 enfants et deux de leurs professeurs sont morts lors d’une tuerie de masse, a livré son point de vue dans un édito publié par l’Austin American-Statesman. Et contrairement à bon nombre de ses confrères et consœurs de Hollywood, la star estime que le contrôle des armes est impossible et qu’il faut envisager les choses autrement.

« Il y a une différence entre contrôle et responsabilité. Le premier est un mandat qui peut porter atteinte à notre droit ; le second est un devoir qui le préservera. Il n’y a pas de barrière constitutionnelle à la responsabilité des armes à feu. Garder les armes à feu hors des mains de personnes dangereuses n’est pas seulement la chose responsable à faire, c’est aussi la meilleure façon de protéger le deuxième amendement. Nous pouvons faire les deux », écrit-il dans son article.

Loi différente

Matthew McConaughey, qui n’a jamais réellement dévoilé son orientation politique, fait en tout cas tout pour éviter les propositions privilégiées par les démocrates américains, comme l’interdiction pure et simple d’armes telles que l’AR-15, le fusil d’assaut utilisé par l’ado de 18 ans à Uvalde (et dans bon nombre d’autres tueries mortelles ces derniers mois aux Etats-Unis). Parmi les options, pour l’acteur : interdire ce type d’arme aux jeunes de moins de 21 ans, à part s’ils sont dans l’armée (et donc savent s’en servir, selon lui).

« Je parle de l’arme de prédilection des tueurs de masse, l’AR-15. Le tueur d’Uvalde, ma ville natale, a acheté deux AR-15 pour son dix-huitième anniversaire, quelques jours seulement avant de tuer 19 élèves et deux enseignants. Il a obéi à la loi. Si la loi avait été différente, je ne serais peut-être pas en train d’écrire ceci aujourd’hui », explique celui qui a songé, un temps, à briguer le poste de gouverneur du Texas.

« L’état actuel des choses ne fonctionne pas »

Il préconise également la vérification des antécédents de chaque acheteur d’arme à feu. « Les militants du contrôle des armes appellent cela une faille. J’appelle ça de l’incompétence », écrit la star.

Enfin, il estime qu’il est nécessaire d’imposer, au niveau national, une période d’attente pour chaque achat d’un fusil d’assaut. « Des études montrent que les périodes d’attente obligatoires ont réduit les homicides de 17 %. Les suicides par arme à feu représentent la majorité des décès par arme à feu aux États-Unis. Une période d’attente pour l’achat d’un fusil d’assaut est un sacrifice acceptable pour les propriétaires d’armes responsables lorsqu’elle peut empêcher un féminicide ou un suicide par fusillade de masse », a-t-il expliqué, précisant que si ces mesures risquent de ne pas régler totalement le problème, elles pourraient au moins sauver de nombreuses vies. « L’état actuel des choses ne fonctionne pas », conclut l’acteur de True Detective.