Anna Delvey expose quelques toiles à New York alors qu’elle attend son extradition vers l’Allemagne

ARNAQUE Anna Sorokin, de son vrai nom, a été condamnée pour fraude et inspiré la série de Netflix « Inventing Anna »

Caroline Madjar (Cover Media)
— 
L'arnaqueuse Anna Sorokin
L'arnaqueuse Anna Sorokin — Sam Simmonds/Polaris/Starface

« Free Anna Delvey », c’est le thème d’une exposition à New York présentant des œuvres inspiréee par le parcours de cette arnaqueuse mais aussi certaines toiles qu’elle a réalisées. La jeune femme, de son vrai nom Anna Sorokin, a inspiré la série Netflix Inventing Anna, après avoir été condamnée pour fraude. Tout comme dans la série, l’Allemande de 31 ans a emprunté de l’argent à des personnes fortunées sans jamais le leur rendre.

Alors qu’elle a effectué sa peine, Anna Sorokin est à nouveau en prison, cette fois pour ne pas avoir mis ses papiers à jours. Le service de l’immigration américain l’a arrêté pour être en situation irrégulière sur le territoire. Depuis sa cellule, celle qui se présentait aussi comme une artiste a sorti ses couleurs et se retrouve donc exposée parmi d’autres artistes. Mais attention, il ne faut pas se faire avoir par ce que l’on croit voir.

Le paraître

Dans le monde d’Anna Sorokin, l’arnaque n’est visiblement jamais bien loin. L’exposition est co-organisée par Julia Morrison (qui avait affirmé avoir des textos d’Armie Hammer prouvant ses fantasmes cannibales et les avait vendus en NFT) et Alfred Martinez, qui a lui-même fait deux ans de prison pour avoir créé de faux Basquiat. Et c’est lui qui a donc reproduit les dessins de la jeune femme. « Si elle doit avoir quelqu’un pour copier son art, autant que ça soit un faussaire de Basquiat », a-t-il confirmé à Insider, non sans humour.

Ces quatre reproductions sont en vente 10.000 dollars pièce. Elle a promis de reverser 15% à une œuvre caritative pour les enfants. 25% devraient payer ses avocats. Anna Sorokin conteste son extradition et obtenu le suspens de son renvoi vers l’Allemagne arguant qu’elle a « de graves problèmes de santé ». Elle a également porté plainte contre le service de l’immigration américain (ICE) pour lui avoir refusé un rappel de vaccin anti-covid lors de son incarcération, virus qu’elle a contracté en cellule.