Mila Kunis et Ashton Kutcher lancent un GoFundMe afin de lever des fonds pour l'Ukraine

AIDE L’actrice, née à Tchernivtsi, assure ne s’être jamais sentie aussi fière d’être ukrainienne

20 Minutes avec agences
L'actrice Mila Kunis
L'actrice Mila Kunis — Vince Flores/startraksphoto.com/Cover Images

Trois millions de dollars. C’est la somme que Mila Kunis et son mari Ashton Kutcher se sont engagés à remettre à plusieurs organisations qui viennent en aide aux populations affectées par l'invasion russe en Ukraine. L’actrice, qui est née en Ukraine, a posté un message sur le site GoFundMe, encourageant les fans à faire des dons. Le couple, comme elle l’explique dans sa vidéo, promet qu’il doublera les dons réalisés (à hauteur de 3 millions de dollars, donc). Ce lundi, près de 17 millions de dollars avaient déjà été levés.

« Je suis née à Tchernivtsi, en Ukraine, en 1983. Je suis venue en Amérique en 1991. Je me suis toujours considérée comme une Américaine, une Américaine fière. J’aime tout ce que ce pays a fait pour moi et ma famille. Mais aujourd’hui, je n’ai jamais été aussi fière d’être ukrainienne », a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : « Le peuple ukrainien est fort et courageux, mais être fort et courageux ne signifie pas que vous ne méritez pas d’être soutenu. Nous devons soutenir le peuple ukrainien. Aidez-nous et soutenez le peuple ».

Suivre l’exemple

En fin de semaine dernière, les Nations Unies ont annoncé qu’au moins 1,3 million de personnes ont d’ores et déjà fui l’Ukraine. Les fonds levés par les deux stars et les donateurs privés qui suivent leur exemple sur GoFundMe iront donc à Flexport, qui livre des fournitures sanitaires et aide les associations humanitaires locales, ainsi qu’à Airbnb, qui s’est engagé à soutenir financièrement toutes les personnes qui hébergent des réfugiés.

« Si l’ampleur des déplacements n’est pas encore claire, nous nous attendons à ce que plus de 10 millions de personnes fuient leur foyer si la violence se poursuit, dont quatre millions de personnes qui pourraient traverser les frontières pour se rendre dans les pays voisins », a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies, lors d’une conférence de presse.