Le peuple britannique veut savoir qui va payer l’accord du prince Andrew avec Virginia Giuffre

SCANDALE Le fils de la reine Elizabeth II a passé un accord estimé jusqu’à 12 millions de livres sterling avec la jeune femme qui l’accusait de viol

Caroline Madjar (Cover Media)
— 
Le prince Andrew, duc d'Edimbourg
Le prince Andrew, duc d'Edimbourg — Avalon / Starface

C’est la grogne en Albion. Les Britanniques ne veulent pas régler l’ardoise du prince Andrew, qui vient de passer un accord avec Virginia Giuffre, afin d’éviter un  procès au civil pour viol et agression sexuelle aux Etats-Unis. Si le montant entre les deux parties reste confidentiel, plusieurs estimations l’évaluent entre 7,5 et 12 millions de livres sterling, soit entre 8,9 et 14,3 millions d’euros. Le pays est plongé dans l’inflation, subit une augmentation du prix des produits de première nécessité à cause du  Brexit, et le gouvernement de Boris Johnson a été incapable de stopper la flambée des prix du gaz et de l’électricité (contrairement à la  France). Payer en plus la note du fils de la reine afin de lui éviter la prison ne passe pas du tout.

Des voix s’élèvent pour demander la transparence des comptes, notamment ceux de la reine. En effet, comme le relaye la BBC, il est fort peu envisageable que le frère du futur roi du Royaume-Uni possède les fonds nécessaires au règlement de l’accord.

Fonds publics et privés

Du temps où le prince Andrew était en activité en tant que membre senior de la famille royale, il percevait 250.000 livres sterling par an. Une somme qu’il ne reçoit plus depuis 2019, lorsque l’affaire Epstein est devenue critique pour lui et qu’il a officiellement pris sa  retraite afin de préserver la monarchie du scandale. En tant que retraité de la Navy, il touche également 20.000 livres sterling de pension. Ce n’est donc pas avec ses émoluments qu’il pourrait régler une telle somme.

Du côté de ses biens, le prince avait acquis un chalet de luxe à Verbier pour 8 millions de livres sterling avec son ex-femme, Sarah Ferguson, en 2015. La vente de cette propriété est en cours. Cela pourrait combler une partie des frais, mais le compte n’y est pas.

Les regards se tournent donc vers Elizabeth II, qui, elle, a assurément le montant nécessaire. Les revenus de la couronne proviennent à la fois des impôts payés par les Britanniques (le  Sovereign Grant) et de ses nombreux biens immobiliers (pour beaucoup des terres dans le Yorkshire, le Lancashire et à Londres). Chaque année, les comptes de la reine sont  publiés et les citoyens peuvent voir comment ce qui leur est taxé est dépensé par le palais. Ainsi, l’année dernière, la couronne a perçu 86,3 millions de livres sterling du gouvernement pour payer son personnel, assurer son train de vie, les voyages officiels ou encore entretenir certaines propriétés.

Reste à savoir si la reine va mettre la main à la poche pour aider financièrement son « fils préféré » et, principalement, de quelle poche il s’agit. Pour l’instant, Buckingham Palace n’a fait aucun commentaire.