Lena Dunham détaille comment elle a plongé dans l’addiction aux anxiolytiques

SANTE La créatrice de « Girls » est aujourd’hui complètement sobre

20 Minutes avec agences
— 
L'actrice et réalisatrice Lena Dunham
L'actrice et réalisatrice Lena Dunham — Capital Pictures /Starface

2018 fut une année particulièrement éprouvante pour Lena Dunham. Sa collaboration créative avec Jenni Konner, la showrunner de Girls, prenait fin, au même titre que sa relation amoureuse avec Jack Antonoff, et elle subissait une  hystérectomie afin de mettre fin aux douleurs provoquées par son endométriose. Enfin, elle entrait en cure de désintoxication pour traiter une addiction aux anxiolytiques, notamment au Klonopin, un médicament à base de benzodiazépines. Aujourd’hui complètement sobre, Lena Dunham est en mesure de revenir sur cette période sombre de sa vie, et tirer au clair les raisons d’un véritable effondrement nerveux.

« J’ai traversé beaucoup de choses compliquées durant ma vie d’adulte. Me sortir du Klonopin fut probablement le plus difficile », a-t-elle confié au Hollywood Reporter, ajoutant qu’elle s’était vue prescrire ce médicament dès l’âge de 12 ans. Mais la dépendance de Lena Dunham à ce médicament a vraiment pris une ampleur inquiétante lors du tournage de la dernière des six saisons de Girls dont la diffusion avait débuté au printemps 2017.

Un carambolage

Une période que Lena Dunham décrit volontiers comme « un carambolage entre 50 voitures ». A l’époque, l’actrice et scénariste connue pour son engagement féministe avait pris la défense du producteur exécutif de la série, Murray Miller, accusé de viol par l’actrice Aurora Perrineau. Lena Dunham avait alors affirmé avoir des informations discréditant les accusations de la comédienne, avant de se rétracter et d’admettre qu’elle avait menti pour protéger le producteur.

« Ces images de moi lors du dernier lancement de Girls, toute mince et les yeux vitreux, c’était 100 % mon appétit et mon corps qui s’éteignaient en réponse à ça », a-t-elle raconté.

Désormais, Lena Dunham va beaucoup mieux. Elle revient avec un nouveau film, Sharp Stick, dans lequel elle aborde un sujet qui lui tient particulièrement à cœur puisque la trame suit une adolescente de 17 ans qui subit une hystérectomie.