« Ce sont eux, les gens bizarres »... Ricky Gervais clashe Brad Pitt, George Clooney et Johnny Depp

NORMALITE Le comique préfère s'intéresser à la vraie société

20 Minutes avec agences
— 
L'acteur Ricky Gervais
L'acteur Ricky Gervais — Fernando Lucena/INSTARimages/Cover Images

Tous ceux qui ont vu ses discours hilarants aux Golden Globes l’avaient compris :  Ricky Gervais n’est pas un fan des stars hollywoodiennes. Ou en tout cas, il ne les admire pas plus que n’importe qui d’autre. C’est ce qu’a expliqué le comique britannique, auteur, entre autres, de certaines des séries les plus unanimement encensées par la critique de ces 15 dernières années dont The Office, Extras, Derek ou Life’s Too Short en tête.

Alors que la troisième et dernière saison d’After Life est actuellement diffusée sur Netflix, il a détaillé pourquoi les gens de tous les jours l’intéressent beaucoup plus.

« J’aime l’humanité, avec tous ses défauts. C’est le peuple que je veux représenter. Les personnages dans After Life ressemblent à de vraies personnes. Les gens d’After Life ne sont pas des monstres. Brad Pitt, Johnny Depp, George Clooney… Ce sont des monstres ! Personne ne ressemble à ça ! Mais si vous vous promenez dans une ville britannique moyenne, il y a plein de gens qui me ressemblent. Ils sont dérangés », a-t-il déclaré au  NME.

Et de poursuivre : « Le monde réel est plus étonnant, plus fou et plus étrange que la fiction. Et j’écris sur eux parce que les vainqueurs ne sont pas drôles. Il n’y a rien d’amusant à être parfait et à gagner. Être imparfait, c’est drôle. Passer une mauvaise journée, c’est drôle. »

Réaction émue

S’il est fier du succès de la série (les fans qui le suivent sur Twitter doivent s’attendre à recevoir des notifications et des retweets de la moindre critique positive qui lui a été partagée), Ricky Gervais est surtout ému de la réaction qu’elle semble susciter chez les spectateurs. After Life raconte la vie d’un journaliste local désabusé, qui se remet difficilement de la mort de sa femme, et comment il tente de rester debout, malgré le deuil.

« Je n’ai jamais eu de réaction émotionnelle à ce que j’ai fait, comme c’est le cas avec After Life. Tout le monde a perdu quelqu’un. Tout le monde sait ce que c’est. C’est pourquoi je pense que la fiction est si importante. Nous créons nos propres héros et méchants comme des jeux de rôle pour l’âme. Les mauvaises personnes ont leur châtiment. Avec un peu de chance, les bonnes personnes sont récompensées. Et personne n’est vraiment blessé. Vous pouvez pleurer en regardant une série. Mais vous pouvez aussi l’éteindre », a-t-il conclu.