L’armurière de « Rust » attaque en justice l’homme qui a fourni les munitions à la production

PROCES Elle affirme également qu’une des armes mises à disposition a tiré accidentellement quelques jours avant le drame

20 Minutes avec agences
— 
Le tournage de «Rust» après l'accident qui a coûté la vie à Halyna Hutchins
Le tournage de «Rust» après l'accident qui a coûté la vie à Halyna Hutchins — Zuma / Starface

Hannah Gutierrez-Reed refuse toujours d’assumer la responsabilité du drame sur le tournage de Rust. Alors que son rôle dans la mort d’Halyna Hutchins fait toujours l’objet d’une enquête de la police du Nouveau-Mexique, l’armurière du western a décidé d’attaquer en justice l’homme qui lui a fourni les munitions avec lesquelles elle a chargé le pistolet que tenait Alec Baldwin qui a accidentellement tué la directrice de la photographie.

Dans une série de documents juridiques relayés par ET Online, la jeune femme affirme que Seth Kenney, patron de PDQ Arms and Prop qui lui a vendu les munitions censées être factices, « a distribué et vendu des munitions d’accessoires qui présentaient un risque déraisonnable de blessure sans avertissement, des risques qui auraient pu être évités s’ils avaient été divulgués ».

Seth Kenney aurait « distribué à la production Rust des boîtes de munitions censées être factices, mais qui contenaient un mélange de munitions factices et de munitions réelles ».

Impossible accident

Des allégations que l’intéressé a déjà démenties lors de son passage dans l’émission Good Morning America le mois dernier. A l’époque, Seth Kenney avait affirmé très clairement qu’il était « impossible » que les munitions responsables de la mort d’Halyna Hutchins « proviennent de PDQ ou de moi-même personnellement ».

Dans sa plainte, Hannah Gutierrez-Reed précise que quelques jours avant l’incident mortel, le responsable des accessoires aurait accidentellement tiré avec une arme chargée à blanc en direction des pieds de l’armurière. Une affirmation qui donne du crédit aux déclarations d’Alec Baldwin. L’acteur a en effet assuré qu’il n’avait jamais appuyé sur la détente.