J. K. Rowling est accusée d’avoir utilisé des caricatures antisémites dans les films « Harry Potter »

POLEMIQUE Le comédien de 59 ans trouve que les gobelins de la banque Gringotts ressemblent un peu trop aux caricatures du livre antisémite « Les Protocoles des Sages de Sion »

Caroline Madjar (Cover Media)
— 
L'autrice J. K. Rowling
L'autrice J. K. Rowling — JOHN NACION/startraksphoto.com

J. K. Rowling a-t-elle puisé son inspiration dans le livre antisémite de 1903 Les Protocoles des Sages de Sion pour donner vie aux gobelins de la banque Gringotts au cinéma ? C’est en tout cas ce qu’affirme  Jon Stewart. L’acteur de 59 ans, lui-même juif, a dénoncé dans son podcast, diffusé sur Apple TV, des ressemblances entre les gestionnaires de l’argent des sorciers et les caricatures des juifs dans ce livre (qui détaille un complot juif et est considéré comme une des plus grandes fake news de tous les temps) cité par Adolf Hitler dans Mein Kampf.

« Voici comment vous savez que les Juifs en sont toujours au même point. Lorsque je demande aux gens s’ils ont vu un film Harry Potter, ils me répondent qu’ils adorent la franchise. Alors je leur parle de la banque Gringotts, qu’ils aiment aussi. Et je leur demande s’ils savent qui sont ceux qui dirigent la banque. Ils sont interloqués et je leur réponds des Juifs », a-t-il déclaré dans The Problem with Jon Stewart.

Pas de réponse encore de l'auteure

Il poursuit en affirmant que lorsqu’il montre des caricatures du livre, les personnes pensent que ce sont les gobelins des films Harry Potter. L’acteur est également atterré que personne n’ait fait le rapprochement depuis le premier film sorti en 2001. Il a conclu avec ironie être étonné que  l’autrice puisse créer un monde imaginaire peuplé d’animaux fantastiques, mais qu’elle a choisi « des Juifs pour diriger la putain de banque souterraine ».

J. K. Rowling n’a pas encore répondu à ces accusations, qui viennent s’ajouter aux critiques de ses propos sur les femmes transgenres.