Accusations contre Nicolas Hulot : L'ex-ministre dénonce l’enquête d'« Envoyé Spécial », Elise Lucet lui répond

AGRESSION SEXUELLE Le magazine a diffusé les témoignages de quatre femmes accusant l’ancien ministre de la Transition écologique et solidaire d’agressions et de harcèlement sexuels

Caroline Madjar (Cover Media)
— 
La journaliste Elise Lucet
La journaliste Elise Lucet — STEPH / VISUAL Press Agency

Nicolas Hulot avait choisi d’anticiper la diffusion d’un reportage d’Envoyé Spécial dans lequel quatre femmes l’accusent d’agressions et harcèlement sexuels. Il avait dénoncé, sur BFMTV face à Bruce Toussaint, une volonté de transformer « le principe de présomption d’innocence en présomption de culpabilité » de la part des journalistes du « sévice public ». Elise Lucet, en charge du programme, lui a répondu avec transparence.

La journaliste a démenti sur le plateau de C à vous d’avoir fait une enquête à charge. Accompagnée de Virginie Vilar, la réalisatrice du reportage, Elise Lucet a assuré être en contact avec Nicolas Hulot et ses avocats depuis le « 9 novembre très précisément » afin de lui permettre de répondre aux accusations sur lesquelles l’équipe a enquêté pendant quatre ans.

Refus

Nicolas Hulot, par l’intermédiaire de ses conseils juridiques, voulaient connaître l’identité des femmes témoignant contre lui, a expliqué Elise Lucet. Une demande à laquelle elle ne s’est pas pliée, les accusatrices ayant « demandé clairement de protéger leurs identités et de ne pas les révéler avant l’émission ».

« Dire à des journalistes qui font simplement leur travail, recueil de témoignages, vérification journalistique de recoupement, de contradictoire, qui proposent à Monsieur Hulot une interview, qui proposent à ses avocats une interview, si ça, ce n’est pas du journalisme et si on nous accuse de faire un tribunal médiatique, je ne comprends pas. Ce n’est pas un tribunal, ça s’appelle une enquête journalistique », a-t-elle ajouté.

A l’annonce de ce reportage, l’animatrice et comédienne Maureen Dor a écrit une lettre dans laquelle elle accuse Nicolas Hulot de lui avoir « sauté dessus » lorsqu’elle avait « 18 ans en 1989 ». « Je suis sincèrement désolée pour la fille de monsieur Hulot qui va découvrir que son père n’est pas le héros ou l’homme intègre qu’elle était en droit d’espérer mais je suis encore plus désolée pour toutes les femmes qui l’ont appris dans la douleur et à leur corps défendant (…). Entre elle et elles, j’ai choisi elles. Parce qu’elles, c’est aussi moi. Et ça, j’ai mis très longtemps à m’en rendre compte », écrit Maureen Dor, dans son courrier publié par France Info.

Nicolas Hulot, contre qui une plainte pour viol avait été classée sans suite en 2008 pour cause de prescription, a dénoncé des « accusations mensongères » face à Bruce Toussaint et a choisi de quitter « définitivement la vie publique ».