Cédric Jimenez s'insurge contre la récupération par l'extrême-droite de son film « Bac Nord »

POLEMIQUE Le film met en scène une unité de policiers marseillais qui n'hésitent pas à outrepasser leurs fonctions pour faire la loi

20 Minutes avec agences
— 
Le réalisateur Cédric Jimenez entouré des acteurs de «Bac Nord»
Le réalisateur Cédric Jimenez entouré des acteurs de «Bac Nord» — Robert Poulain/Starface

Cédric Jimenez n’avait jamais imaginé que son film serait utilisé par l’extrême-droite. C’est pourtant le sort de Bac Nord, film bien accueilli par la critique, que Marine Le Pen a utilisé à plusieurs reprises, avant la prochaine élection présidentielle, comme exemple de tout ce qui ne va pas avec l’insécurité en France. Le réalisateur a donc décidé de réagir à la situation en contactant directement France Inter, qui a récemment publié un article sur la récupération de son film par le Rassemblement National mais aussi par Eric Zemmour.

« C’est de la pure récupération politique. Un film reste un film, c’est une fiction qui raconte un fait divers bien particulier, ça ne raconte pas l’ensemble des quartiers nord », s’est agacé le cinéaste. S’il n’a « pas bien vécu » cette récupération, c’est parce que ses idées, et celles qu’il a voulu faire passer avec son film, sont aux antipodes de celles de l’extrême-droite française.

Campagne pseudo sécuritaire

Cédric Jimenez insiste : si la campagne de Marine Le Pen et d’Eric Zemmour se base sur une fiction pour avancer certaines thèses, c’est qu’il y a un problème.

« Moi je ne suis pas du tout d’accord avec eux, je ne veux pas être associé à eux. Ils ne représentent pas nos valeurs. Je ne veux pas que Bac Nord serve leur campagne pseudo sécuritaire. Eric Zemmour prend le mauvais exemple, il interprète le film d’une mauvaise façon. Il n’a que ça à dire ? C’est aberrant. Ce monsieur n’est pas sérieux. Ils utilisent ce film pour dire des choses affreuses, avec lesquelles je suis plus que pas d’accord », a ajouté le réalisateur marseillais, qui rappelle que les quartiers dans lesquels il a tourné n’ont rien à voir avec ce qui est décrit dans le film.

« Il y a une grande diversité et beaucoup de joie, j’ai de super souvenirs. La cité ce n’est pas Bac Nord. Bac Nord, c’est une affaire policière. Le film ne s’appelle pas quartier nord ! », a-t-il conclu.

Pas sûr que ce coup de gueule suffise à éviter que le film ne soit à nouveau cité lors de la campagne…