Affaire Epstein : La justice britannique valide la remise de documents judiciaires américains au prince Andrew

AGRESSION SEXUELLE Le duc d'York ne s'est pas présenté à la première audience, en début de semaine

20 Minutes avec agences
— 
Le prince Andrew
Le prince Andrew — Swen Pförtner/picture-alliance/Cover Images

L’étau se resserre autour du prince Andrew. La Haute Cour britannique a annoncé qu’elle était prête à servir d’intermédiaire dans le cadre de l’affaire d’agression sexuelle pour laquelle il est poursuivi au civil aux Etats-Unis. Lundi, les avocats du fils de la reine d’Angleterre, finalement présents au procès (par vidéo conférence) qui l’oppose à Virginia Giuffre, avaient affirmé qu’il n’avait pas reçu les documents nécessaires pour justifier qu’il se rende lui aussi à l'audience. Les avocats de la plaignante ont donc demandé l’intervention de la justice britannique, d’après le Guardian.

Dans un premier temps, la Haute Cour avait rejeté cette requête, mais un examen plus approfondi des arguments des avocats l'a fait changer d’avis. « La procédure judiciaire n’a pas encore été notifiée mais la Haute Cour va maintenant prendre des mesures pour notifier en vertu de la convention (de la Hague), à moins que la notification ne soit arrangée par un accord entre les parties », a fait savoir un porte-parole de la Haute Cour de justice.

La Haute Cour britannique a changé d'avis

Le prince Andrew est accusé par Virginia Giuffre d’agression sexuelle alors qu’elle n’était âgée que de 17 ans et victime d’un trafic organisé par l’ami du duc d’York, le pédocriminel Jeffrey Epstein. Si le frère du futur roi d’Angleterre s’est toujours défendu de ces accusations, il fait profil bas depuis quelques années.

C’est peut-être la raison pour laquelle les courriers le notifiant du procès n’ont pas trouvé de destinataire. « Nous pensons avoir respecté les exigences pour lui remettre le courrier et nous avons déposé la preuve de la notification vendredi dernier », assure David Boies, l’avocat de la plaignante. Les atermoiements des avocats du prince Andrew pourraient ne plus tenir très longtemps.