Alyssa Milano, Pink et Eva Longoria appellent à lutter contre la loi qui restreint l'avortement au Texas

DROIT DES FEMMES La mesure menace le droit des femmes à disposer de leur corps dans un des Etats américains les plus conservateurs

20 Minutes avec agences
— 
Manifestation contre l'interdiction de l'avortement au Texas en mai 2021
Manifestation contre l'interdiction de l'avortement au Texas en mai 2021 — Zuma / Starface

Depuis le 1er septembre, il est désormais interdit d'avorter après six semaines de grossesse au Texas. Une loi qui met en colère de nombreuses célébrités, à commencer par l’actrice et activiste Alyssa Milano. La star de Commando n’a pas hésité à appeler à lutter contre cette loi qui va à l’encontre du droit des femmes à disposer de leur corps.

« La toute nouvelle interdiction de l’avortement au Texas (…) donne aux politiciens, aux voisins et même à des étrangers le droit de poursuivre en justice ceux qui fournissent – ou simplement aident les patientes à obtenir – un avortement après 6 semaines. Il est temps de se battre pour notre santé et nos droits reproductifs ! », a-t-elle lancé sur Twitter.

Un appel repris notamment par Pink, qui demande à « faire quelque chose » pour empêcher que la loi reste en vigueur, ou encore Eva Longoria, Amy Schumer ou Emmy Rossum, entre autres, qui estiment toutes qu’il est temps de se « battre ».

Une « catastrophe » pour les droits femmes

Côté politique, évidemment, la décision de la Cour Suprême (à majorité conservatrice) de ne rien faire pour bloquer cette loi divise. Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, estime qu’il s’agit d’une « catastrophe » et dénonce un effort pour « effacer les droits et la protection offerts par Roe v. Wade ». Elle fait référence à l’arrêt de la Cour Suprême de 1973 qui garantit le droit d’avorter aux femmes américaines.

Le président américain Joe Biden a en tout cas réaffirmé l’engagement de son gouvernement à faire en sorte que les droits constitutionnels offerts par Roe v. Wade « soient protégés ». D’après sa vice-présidente, Kamala Harris, cette mesure concernerait directement les 7 millions de Texanes en âge d’avoir un enfant.