Eric Clapton chante contre le vaccin et les restrictions sanitaires

COVID-19 Le chanteur n'a jamais caché son aversion pour le confinement et les mesures anti-Covid

Caroline Madjar
— 
Le chanteur Eric Clapton
Le chanteur Eric Clapton — Dirk Pagels/SULUPRESS.DE/picture-alliance/Cover Images

Si vous estimez qu'Eric Clapton est la personne la plus qualifiée pour évaluer la gestion de la crise sanitaire, son dernier morceau pourrait vous intéresser. L’artiste a en effet sorti This Has Gotta Stop, littéralement « Il faut que ça cesse », dans lequel il semble s’énerver contre les mesures prises par le gouvernement britannique pour endiguer la pandémie.

S’il ne nomme pas directement les mesures anti-Covid comme la cible de sa colère, les paroles sont claires : « Je n’en peux plus de ces c*nneries, ça a assez duré/Si vous voulez prendre mon âme, vous allez devoir casser cette porte », ou encore « Je savais que ça allait mal se passer/Quand vous avez tenté d’imposer votre loi/Je n’arrive plus à bouger les mains/Je suis en sueur ». Le chanteur culte avait dénoncé dans une interview pour Rolling Stone les effets dévastateurs qu’avait eus sur lui le vaccin.

« J’ai pris la première piqûre d’AstraZeneca et j’ai immédiatement eu de graves réactions qui ont duré 10 jours… Les réactions à la deuxième injection ont été désastreuses. Mes mains et mes pieds étaient soit gelés, soit engourdis, soit brûlants, et ils ont été pratiquement inutilisables pendant deux semaines, je craignais de ne plus jamais jouer », avait-il expliqué.

Pas de discrimination

Eric Clapton avait par ailleurs annoncé qu’il refuserait de jouer dans toute salle de concert qui requiert une preuve de vaccination ou l’équivalent d’un pass sanitaire au public. « Je ne jouerai pas là où le public sera victime de discrimination », avait-il expliqué après l'annonce du gouvernement britannique sur les passeports vaccinaux qui seront demandés à l’entrée des boîtes de nuit et des salles de spectacle à partir de fin septembre. L’année dernière, Eric Clapton s’était déjà associé à Van Morrison sur le morceau Stand and Deliver, qui s’opposait au confinement.

Sur les réseaux sociaux, la réaction au nouveau titre de la star du blues a été pour le moment mitigée, de nombreux internautes n’hésitant pas à se moquer du « boomer » Eric Clapton. « Imagine avoir été défoncé à l’héroïne et à la cocaïne la moitié de ta vie mais décider que porter un masque, ça va trop loin », a ainsi répondu un tweetos, en référence à la toxicomanie avouée de la star. Un autre a ajouté : « Pendant des années, Eric Clapton a ingéré des doses massives de cocaïne, d’héroïne et d’alcool juste pour être défoncé, mais il pense que les vaccins qui protègent contre un virus mortel sont trop dangereux pour les gens parce qu’il a eu une mauvaise réaction à l’un d’eux. »