Mena Suvari se livre sur les nombreux traumatismes de son enfance dans son autobiographie

ABUS Si elle va mieux aujourd’hui, l’actrice a mis de longues années avant de remonter la pente

20 Minutes avec agences

— 

L'actrice Mena Suvari
L'actrice Mena Suvari — Faye's Vision/Cover Images

Mena Suvari s’estime heureuse d’avoir survécu à ses jeunes années, marquées par l’addiction et les abus sexuels. La star d’American Beauty a beau avoir été une des révélations du film culte, sorti en 1999, elle a, depuis toujours, dû faire semblant d’aller bien, alors qu’elle était marquée au fer rouge par ces terribles expériences.

« Je vivais une double vie. Chaque fois que j’allais sur un plateau. Chaque fois que j’étais interviewée, je jouais tout le temps. C’était un autre rôle à jouer pour moi. Celle qui allait bien », a-t-elle expliqué dans une interview pour People.

Dans son autobiographie, The Great Peace : A Memoir, l’actrice fait toute la lumière sur ces traumatismes. « Entre l’âge de 12 et 20 ans, j’ai été la victime d’abus sexuels répétés », écrit-elle, ajoutant que les faits étaient commis par un certain « KJ », un ami de son frère. « Il m’a utilisée, s’est amusé avec moi et s’est débarrassé de moi. Il m’a traitée de pute. Je n’ai jamais pu avoir une expression saine du sexe », a ajouté la star.

Remonter la pente

Dans l’ouvrage, Mena Suvari révèle qu’elle a longtemps pensé qu’elle l’avait « autorisé » à agir ainsi, provoquant en elle un sentiment de honte profond, dont elle ne s’est jamais vraiment débarrassée. En quittant sa famille pour tenter sa chance à Hollywood, la jeune femme qu’elle était à l’époque plonge dans la scène « rave » de Los Angeles. Et la culture de la drogue qui y règne.

« Je me suis tournée vers toutes les formes d’automédication que je pouvais trouver, simplement pour m’en sortir. J’essayais juste de survivre », explique-t-elle dans le livre, ajoutant qu’en parallèle, elle s’engageait dans des histoires d’amour autodestructrices.

Le carton d’American Beauty, alors qu’elle a 20 ans, lui permet de commencer à se sortir de cette spirale, grâce à la thérapie et à ses amis. En 2016, elle a rencontré Mike Hope, sur le tournage d’un film. Deux ans plus tard, le couple s’est marié. Ils ont accueilli leur premier enfant en avril dernier.

« C’était la première fois que je sentais que je voulais fonder une famille avec quelqu’un. J’ai découvert que j’étais enceinte lorsque j’ai fini d’écrire mon autobiographie », a-t-elle révélé.