L’avocat de Britney Spears démissionne à son tour, sa tutrice reste à son poste

MERCATO La chanteuse a demandé à Jodi Montgomery de continuer à s’occuper de ses affaires

20 Minutes avec agences
— 
La chanteuse Britney Spears
La chanteuse Britney Spears — INFphoto.com/INSTARimages/Cover Images

Depuis le témoignage choc de Britney Spears, c’est le jeu des chaises musicales dans son entourage. Après la démission du Bessemer Trust, qui gérait jusque-là ses finances avec son père Jamie Spears, puis celle de son manager de longue date, Larry Rudolph, c’est au tour de l’avocat de la star de prendre congé. Samuel D. Ingham III a demandé à la cour de Los Angeles de le révoquer. L’avocat avait été commis d’office par la justice, la chanteuse étant sous tutelle donc considérée comme inapte à choisir sa propre défense. 

Lors de ses révélations accablantes sur les conditions de sa tutelle qui dure depuis 13 ans, l’interprète de Toxic avait expliqué que, même si les rapports sont bons entre elle et son avocat, elle veut pouvoir choisir elle-même son représentant légal. Samuel D. Ingham III avait fait savoir qu’il était prêt à ne plus la représenter et il a donc déposé une demande en ce sens. La démission de Samuel D. Ingham III et ses associés sera effective dès lors qu’un nouvel avocat sera nommé pour représenter les intérêts de la star.

Confortée

Britney Spears avait également accusé ses tuteurs – et blâmé spécifiquement son père – de la maintenir sous médication pour l’obliger à travailler lorsqu’elle ne le voulait pas. Elle a également affirmé être contrainte à porter un stérilet pour l’empêcher de fonder une famille, alors qu’elle souhaite faire un enfant avec son compagnon Sam Asghari. La chanteuse souhaite l’épouser, ce qu’on lui refuse, selon ses dires. Autant d’accusations qui concernent sa vie personnelle, qui est gérée, dans le cadre de la tutelle, par Jodi Montgomery. En réponse aux allégations de sa fille, Jamie Spears s’était dédouané, expliquant qu’il ne gérait que l’aspect financier, et a demandé l’ouverture d’une enquête pour vérifier la véracité des accusations et prendre les mesures nécessaires. En clair, si faute il y a eu, c’est de la responsabilité de Jodi Montgomery. 

Cette dernière, qui est une tutrice assermentée, avait répondu que les soins avaient « un coût » et rappelé que toutes les dépenses, quelles qu’elles soient, étaient validées par Jamie Spears. Jodi Montgomery affirme également que le mariage et le souhait de la star de faire un enfant n’ont jamais été un problème depuis le début de son mandat, en 2019. 

Britney Spears vient de trancher, puisqu’elle conforte Jodi Montgomery à son poste. « Mlle Montgomery n’a aucune intention de démissionner de son poste de tutrice temporaire de Mlle Spears. Elle reste dévouée à apporter un soutien appuyé à Mlle Spears par tous les moyens dont elle dispose en tant que tutrice. Mlle Spears a demandé, pas plus tard qu’hier, à Mlle Montgomery de continuer à servir son mandat. Mlle Montgomery continuera à servir en tant que tutrice aussi longtemps que Mlle Spears et la Cour le désirent », a fait savoir la tutrice, par le biais de son avocate, Lauriann Wright, dans un communiqué relayé par People

Britney Spears avait demandé la révocation de son père, ce que la justice lui a refusé la semaine dernière.