Léa Seydoux en veut toujours à Abdellatif Kechiche mais est « fière » de « La vie d’Adèle »

CINEMA L’actrice pense malgré tout que le tournage difficile lui a beaucoup appris

20 Minutes avec agences
— 
L'actrice Léa Seydoux
L'actrice Léa Seydoux — JRP/Cover Images

Léa Seydoux défend quatre films à Cannes cette année, dont trois en compétition (The French Dispatch, Tromperie , France et The Story of My Wife). Une réussite qu’elle met en partie sur le compte de ce qu’elle a réussi à surmonter sur le tournage de La vie d’Adèle. La comédienne avait déjà déclaré que tourner avec le réalisateur Abdellatif Kechiche était « horrible ». Elle a une nouvelle fois enfoncé le clou, en affirmant que le cinéaste est « fou » et « manipulateur ».

« C’était (un tournage) très difficile. Et c’était difficile parce que Kechiche est fou. Il est fou. Il nous a manipulés et c’était extrêmement difficile au niveau psychologique », confie-t-elle à Deadline.

Se dépasser

Néanmoins, Léa Seydoux reste « fière du film et fière d’avoir traversé ce processus » de tournage difficile. « Le cinéma est une façon d’apprendre des choses et de grandir, et alors que c’était très inconfortable de vivre ça, j’ai maintenant l’impression que je peux tout faire. Jouer ne devrait jamais être quelque chose de confortable. Vous devez mettre vos tripes sur la table », ajoute-t-elle.

Depuis La vie d’Adèle, Léa Seydoux est devenue incontournable à l’international et ne s’interdit rien, passant de la franchise James Bond à Arnaud Desplechin et Wes Anderson. « Ce que je cherche toujours quand je joue, c’est la vérité. Je suis obsédée par ça. Et c’est ce que je veux dire quand je dis qu’il faut mettre ses tripes sur la table et tout ce qui va avec. J’aime quand c’est vrai. Et je déteste sentir que ça ne l’est pas », explique l’interprète de Madeleine Swann.