Booba est inquiet pour la France et compare le Rassemblement National aux nazis

DANGER Le rappeur est particulièrement inquiet pour son pays à cause du parti de Marine Le Pen

20 Minutes avec agences
— 
Le rappeur Booba
Le rappeur Booba — E. Catarina / Starface

Booba aime la France mais est inquiet. Le rappeur, né à Boulogne-Billancourt, vit peut-être à Miami, aux Etats-Unis, depuis 2008, il n’en oublie pas pour autant son pays natal. Comme il l’a expliqué sur les ondes de  France Inter, il reste très attentif à tout ce qu’il se passe dans l’Hexagone. Et après plus d’un an de crise sanitaire, qui a suivi le mouvement des gilets jaunes, celui que l’état civil connaît sous le nom d’Elie Yaffa fait un constat assez peu engageant.

« Je ne trouve pas que la France se porte très bien. L’économie n’est pas terrible. On est toujours en train de parler de problèmes de voile, de choses comme ça. Depuis la nuit des temps, on dirait que rien ne s’arrange. Je ne suis pas pessimiste mais je ne trouve pas qu’on est au top. Deux ans de gilets jaunes, des manifestations, le Covid ou autres, les gens qui se font tabasser, la montée du Front National… Pas terrible », a lancé l’interprète d’OKLM.

« Le Front National c’est comme des nazis »

Et à propos du parti que Marine Le Pen a renommé Rassemblement National, le Duc de Boulogne n’est pas tendre. Pour Booba, il n’y a strictement aucune différence entre Jean-Marie Le Pen et sa fille. Il n’hésite pas à aller très loin dans les comparaisons.

« Si on veut parler du Front National, c’est un parti qui ne devrait jamais exister. Pour moi le Front National c’est comme des nazis, je ne trouve pas ça normal qu’on puisse voter pour des nazis. Il ne peut pas y avoir un parti nazi. Marine Le Pen c’est comme son père, c’est le sang. Jean-Marie Le Pen il a quand même torturé des Algériens. Quelqu’un qui a un parti et qui a torturé des Algériens, c’est quand même bizarre, non ? », a questionné l’artiste.

Booba a récemment sorti Ultra, un nouvel album qu’il annonçait comme étant son tout dernier. Mais dans son entretien face à Léa Salamé à l’antenne de France Inter, il révèle qu’il ne s’interdira rien à l’avenir. Il a d’ailleurs sorti ce vendredi un nouveau titre, Plaza Athénée.  « Je vais continuer à chanter tant que j’apprécierai mes morceaux, mais de manière aléatoire », a-t-il expliqué.