Paris Hilton dément avoir porté un t-shirt « Stop Being Poor »

DEMENTI La star de la télé-réalité a montré la vraie photo sur son compte TikTok et assure que l'autre cliché est un montage

20 Minutes avec agences

— 

L'héritière et star de la téléréalité Paris Hilton
L'héritière et star de la téléréalité Paris Hilton — Julie Shea/Cover Images

Vous avez sans doute déjà vu cette photo de Paris Hilton, sur laquelle l'héritière de l'empire hotelier apparaît avec un tee-shirt choquant, sur lequel était écrit « Stop Being Poor » (Arrêtez d'être pauvre). La photo, sensée être prise lors d'un défilé de la ligne de vêtements de sa sœur Nicky, en 2005, fait le tour du monde depuis des années, à tel point qu'elle est devenu un meme. Et pourtant : tout est « fake », selon Paris Hilton.

Dans une vidéo sur TikTok, la star de la téléréalité a tenu à rétablir la vérité. Elle n'a jamais porté un tel t-shirt. Et elle en a la preuve.

« Il y a cette photo de moi en ligne, je suis sûre que vous l'avez déjà vue. Mais je n'ai jamais porté ce t-shirt, c'est un photoshop total. Tout le monde pense qu'elle est vrai mais ce n'est pas la vérité. Voilà ce qui était écrit sur le t-shirt : "Stop Being Desperate" (Ne soyez plus désespéré). », explique celle qui est depuis devenue DJ.

Redorer son blason

On peut en tout cas s'interroger sur la raison pour laquelle Paris Hilton ne réagit à cette photo qu'aujourd'hui. Si la photo a été prise en 2005, le « photomontage » présumé a commencé à circuler en 2013 sur le site Tumblr. Pourquoi ne pas avoir crié au fake à l'époque ? Il faut croire que la star est sérieuse dans sa volonté de redorer son blason, après avoir été longtemps critiquée pour ses émissions et son comportement scandaleux.

Après la diffusion du documentaire This is Paris, diffusé sur YouTube et dans lequel elle se livrait sur la face cachée de sa célébrité, Paris Hilton avait dévoilé avoir été victime d'abus dans la pension privée dans laquelle elle avait été envoyée alors qu'elle était adolescente. L'implication de la star pour la réforme de ce type de centres dans l'Utah avait permis de faire passer une loi régulant plus strictement ces établissements, en interdisant notamment la sédation ou la contention physique contre les élèves.