Justin Timberlake s'engage contre un projet d'oléoduc dans sa ville natale de Memphis

ENVIRONNEMENT Le pipeline passerait en plein cœur d'une source d'eau potable les plus pures au monde

20 Minutes avec agences

— 

Le chanteur et acteur Justin Timberlake
Le chanteur et acteur Justin Timberlake — The Photo Access/Cover Images

« Touche pas à ma ville ». Pour le « Earth Day », Justin Timberlake s’est engagé contre un projet d’oléoduc, prévu pour être construit dans sa ville natale de Memphis, dans le Tennessee. Sur Instagram, l’interprète de Cry Me A River a posté une vidéo dans laquelle il manifeste son opposition au pipeline pétrolier Byhalia.

« Memphis est ma ville natale et j’en ai toujours été très fier. Ce que la plupart des gens ne savent pas à propos de cette ville, c’est qu’elle est située au-dessus d’une source d’eau potable parmi les plus propres du monde… Mais maintenant, cette eau potable est en danger car les compagnies pétrolières prévoient de construire le #ByhaliaPipeline. Ce pipeline traversera des quartiers majoritairement noirs et à faibles revenus. Cela ne peut pas se faire », a-t-il expliqué.

L’oléoduc passerait en effet en plein cœur d’une des sources les plus importantes de la région, qui fournit de l’eau potable à près d’un million de personnes.

Pas de pétrole

En story, Justin Timberlake a ajouté la définition du « racisme environnemental », développée par le militant pour les droits civiques Benjamin F. Chavis Jr. : « Une forme de racisme systémique où les communautés noires sont accablées de manière disproportionnée par des risques sanitaires en raison de politiques et de pratiques qui les obligent à vivre à proximité de sources de déchets toxiques telles que des stations d’épuration, des mines, des décharges, des centrales électriques, des routes principales et des émetteurs de particules en suspension dans l’air ».

Pour s’opposer à la construction de ce pipeline, la star encourage à signer une pétition, « No Oil In Our Soil » (« Pas de pétrole dans notre terre »). A ce jour, la pétition a été signée par un peu moins de 31.000 personnes.