Meghan Markle répond aux critiques sur sa volonté d’avoir une vie privée

MEGXIT Oprah Winfrey a gardé quelques séquences inédites de son interview choc

20 Minutes avec agences
— 
Le prince Harry et Meghan Markle
Le prince Harry et Meghan Markle — Ferrari/Starface

Peut-on être connu tout en protégeant sa vie privée ? C’est en tout cas ce que défend Meghan Markle. En marge de son interview choc diffusée dimanche aux Etats-Unis et le lendemain en France, Oprah Winfrey a partagé une autre séquence inédite de leur entretien. L’épouse du prince Harry y explique qu’elle veut « un droit élémentaire à la vie privée ».

« Nous ne demandons rien de plus que ce que chacun s’attend à avoir », a-t-elle ajouté, prenant ensuite l’exemple d’une personne qui met une photo de son enfant sur son bureau dans son lieu de travail. « Si un collègue vous dit "Oh mon dieu, ton enfant est adorable. C’est fantastique ! Est-ce que tu peux me passer ton téléphone comme ça je peux voir toutes les photos de ton enfant ?" Vous allez dire "Non. C’est la photo que j’ai envie de partager avec toi" », a-t-elle expliqué.

Contrôler son image

Pour Meghan Markle, ce n’est pas parce qu’elle montre une partie de sa vie que cela autorise quiconque à en exiger plus. « Personne, sur Instagram ou les réseaux sociaux, n’irait dire "Parce que j’ai partagé cette photo, ça vous donne le droit d’avoir l’intégralité de ma pellicule". Personne ne veut ça. C’est une question de limites et de respect », précise-t-elle.

En clair, la duchesse de Sussex veut avoir le contrôle sur ce que le public voit d’elle et de sa famille. Un souhait compréhensible, mais peut-être un peu compliqué à obtenir quand on vient le demander dans une émission aussi publique et mise en scène comme celle d’Oprah Winfrey. Surtout s’il s’agit d’y laver son linge sale en évoquant ses mauvaises relations avec son père ou sa mésentente avec la famille de son mari, comme les chamailleries avec sa belle-sœur à propos des robes des demoiselles d’honneur le jour de son mariage… auquel ont assisté 2 milliards de téléspectateurs à travers le monde et qui a coûté à la couronne britannique et ses sujets 36,5 millions d’euros, selon plusieurs estimations.