Le prince Philip se remet après avoir été opéré pour « une maladie cardiaque préexistante »

ANGLETERRE Le mari de la reine d’Angleterre avait déjà subi une intervention cardiaque d’urgence il y a 10 ans

20 Minutes avec agences

— 

Le prince Philip, duc d'Edimbourg
Le prince Philip, duc d'Edimbourg — Avalon / Starface

La condition physique du prince Philip est l’objet de nombreuses interrogations depuis plusieurs semaines. Mais alors qu’on ignore encore précisément de quoi souffre l’époux de la reine d'Angleterre, on sait désormais qu’il a dû subir une opération liée à un problème au cœur.

« Le Duc d’Edimbourg a subi hier avec succès une intervention pour une maladie cardiaque préexistante à l’hôpital Saint Bartholomew. Son Altesse Royale restera à l’hôpital pendant plusieurs jours pour se faire soigner, se reposer et récupérer », a déclaré Buckingham Palace dans un communiqué relayé par People.

Dans un premier temps, on avait appris que le prince Philip était traité pour une infection à l’hôpital Edward VII, mais lundi dernier, il a été transféré au Saint Bartholomew, pour officiellement « subir des tests et rester en observation » en raison d’une condition médicale préexistante, liée à son cœur. En décembre 2011, le père du prince Charles avait en effet subi une opération d’urgence pour poser un stent coronarien et débloquer une artère bouchée.

Croiser les doigts

Si cette nouvelle opération a été un succès, Buckingham Palace a refusé de donner plus d’informations sur l’état de santé du prince Philip. Le seul membre de la famille royale à s’être exprimée récemment, Camilla, duchesse de Cornouailles, s’est contentée ce mercredi de déclarer à la presse que son beau-père allait « un peu mieux » mais qu’il « avait mal par moments », concluant : « On croise les doigts ».

La reine d'Angleterre, de son côté, continue d’assurer son devoir royal. Elle s’est récemment entretenue par vidéo conférence avec le gouverneur et le Premier ministre d’Australie Méridionale sur l’état de la vaccination contre le coronavirus et la levée des restrictions sanitaires dans la région.