Gina Carano a appris son éviction de « The Mandalorian » par les réseaux sociaux

POLEMIQUE L’actrice s’érige en victime de la cancel culture

20 Minutes avec agences
— 
L'actrice Gina Carano
L'actrice Gina Carano — Faye's Vision/Cover Images

La semaine dernière, Lucasfilm a rendu publique l’éviction de Gina Carano de The Mandalorian sur Twitter et c’est sur le réseau que l’actrice a appris la nouvelle comme tout un chacun. Une décision motivée par la récente sortie de l’ex-championne de MMA, ayant comparé, dans un post TikTok, le sort des conservateurs américains à celui des Juifs sous le régime nazi.

Des propos qualifiés « d’odieux et d’inacceptables » par les studios déjà mis dans l’embarras à plusieurs reprises par l’actrice. Depuis, Gina Carano a eu l’occasion de répondre dans une interview avec Bari Weiss, ex-éditorialiste du New York Times ayant claqué la porte du prestigieux quotidien l’été dernier tout en dénonçant la censure qui régnerait au sein de la rédaction.

Inconciliable

Dans cet entretien, Gina Carano se présente comme la victime du climat d’oppression dont pâtirait son camp politique. Elle affirme avoir été exclue de la promotion de The Mandalorian par Disney il y a de ça plusieurs mois pour avoir refusé de prononcer des excuses pré-écrites concernant un autre tweet  transphobe, datant de septembre dernier. « Plus tôt, l’année dernière, avant la sortie de (la 2e saison de) The Mandalorian, ils voulaient que je m’excuse pour mon usage des pronoms en utilisant exactement leurs mots. J’ai décliné et publié un communiqué avec mes propres mots », a précisé l’actrice durant la même interview, se gargarisant d’avoir résisté aux pressions de son ex-employeur.

Mais au-delà du débat sur la cancel culture à Hollywood, on voit mal comment Disney aurait pu concilier son image familiale avec les positions de l’actrice autrement qu’en lui montrant la porte.