La fondation de Beyoncé vient en aide aux victimes de la tempête au Texas

CLIMAT La chanteuse est originaire de Houston, la plus grande ville de l'état

20 Minutes avec agences

— 

La chanteuse Beyoncé
La chanteuse Beyoncé — Gregorio Binuya/Everett Collection

Alors que la vague de froid historique continue de bouleverser les habitudes des Texans et a déjà fait 38 morts aux Etats-Unis, Beyoncé a décidé de venir en aide à son état natal. La fondation de la star, BeyGOOD, a réuni ses forces avec la marque Adidas et une association caritative locale, Bread of Life, pour proposer une aide d’urgence de 1.000 dollars aux familles qui en ont le plus besoin. La fondation a publié sur Twitter les informations utiles pour faire une demande via un formulaire d’aide aux victimes de catastrophes. Bread of Life accepte par ailleurs les dons, qui seront attribués aux victimes de la tempête, qu’elles viennent du Texas ou d’ailleurs.

« Beygood et Adidas travaillent avec Bread of Life pour apporter une aide d’urgence à ceux qui sont affectés par la tempête hivernale. Si vous êtes au Texas ou dans n’importe quel Etat affecté par cette tempête, vous pouvez faire une demande d’assistance », peut-on lire dans le post.

Panique partout

Beyoncé elle-même a relayé le message en story sur son compte Instagram.

Ce n’est pas la première fois que BeyGOOD s’implique pour venir en aide spécifiquement à la population de la région de Houston, où la chanteuse est née. L’année dernière, elle avait par exemple annoncé une initiative pour soutenir les Texans affectés par le Covid-19.

D’après les experts, les températures devraient légèrement remonter au cours du week-end, mais de nombreux habitants restent sans électricité ni eau potable, voire sans eau tout court. Variety précise que les autorités demandent aux 13 millions de Texans qui ont la chance d’avoir encore de l’eau de la faire bouillir avant de la boire. Le gouverneur du Texas Ted Cruz, de son côté, s’est retrouvé sous le feu des critiques après avoir été surpris en train de partir à Cancun, au Mexique, en plein cœur de la crise. Après être rentré illico chez lui, il a reconnu avoir commis « une erreur ».