Inculpé pour port d'arme illégal, Lil Wayne pourrait être gracié par Donald Trump

FIN DE MANDAT Le président américain doit annoncer une nouvelle vague de « presidential pardons » avant de quitter la Maison Blanche le 20 janvier prochain

20 Minutes avec agences

— 

Le rappeur Lil Wayne
Le rappeur Lil Wayne — Zuma / Starface

Le mandat de Donald Trump touche à sa fin et pour ceux qui attendent un pardon présidentiel du chef de l’Etat américain (qui a déjà gracié certains de ses proches en décembre dernier), le temps presse. C’est le cas notamment pour Lil Wayne. Le rappeur avait posé aux côtés de Donald Trump lors de la campagne présidentielle pour une de ces « photo ops » crispées dont l’ex-star de la télé-réalité a le secret.

L’interprète de A Milli a récemment plaidé coupable pour port d’arme illégal. Le jugement doit être rendu le 28 janvier et il risque jusqu’à 10 ans de prison.

Il compte donc sur Donald Trump pour le sauver, même si d’après Bloomberg, le président n’a pas encore pris sa décision.

Pas tout seul

Parmi les autres artistes qui pourraient bénéficier d’une grâce présidentielle : Kodak Black. Le rappeur a été condamné en 2019 à 46 mois de prison pour avoir menti sur les formulaires en achetant des armes qui ont ensuite été retrouvées sur des scènes de crime, d’après le New York Times.

A noter que ces deux rappeurs ont été jugés en Floride, Etat très apprécié par l’ancien présentateur de The Apprentice qui a passé une bonne partie de sa présidence au  Mar-a-Lago, le golf qu’il possède à Palm Beach. La Floride a également voté en majorité pour Donald Trump aux élections.

Bloomberg affirme également que Donald Trump compte gracier de manière « préventive » certains proches, qui n’ont pas encore été mis en accusation ou condamnés mais pourraient l’être une fois sa présidence terminée, comme son conseiller Stephen Miller ou sa fille Ivanka Trump et son gendre Jared Kushner. Et bien sûr, il pourrait même décider de se gracier lui-même, affirme la publication.

Donald Trump annoncera qui aura droit à son pardon présidentiel le 19 janvier prochain, à la veille de son départ de la Maison-Blanche.