Robert Hossein en 2007
Robert Hossein en 2007 — LYDIE/SIPA

HOMMAGE

Mort de Robert Hossein : Des obsèques intimes avant une messe commémorative « pour le public »

« Il n'est pas décédé du coronavirus » a précisé son épouse Candice Patou

La famille de Robert Hossein se réunira mercredi à Vittel, dans les Vosges, pour les obsèques du réalisateur, metteur en scène et acteur  décédé jeudi au lendemain de ses 93 ans. Une cérémonie organisée dans l’intimité familiale a annoncé son épouse la comédienne Candice Patou.

« Pour le public et les amis artistes de Robert, il y aura une messe commémorative à Paris courant janvier », a-t-elle ajouté, précisant que le metteur en scène et monument du théâtre populaire était mort dans une clinique près de Nancy. « Il n’est pas décédé du coronavirus », a-t-elle en outre indiqué. « Robert aimait le public. Je suis bouleversée par les témoignages incalculables d’anonymes et je les remercie du fond du cœur », a confié Candice Patou.

Un musée « pour perpétuer sa mémoire » en réflexion

« Avec la ville de Vittel [où le couple vivait depuis quelques années, N.D.L.R.], on envisage la création d’une fondation Robert Hossein et un musée pour perpétuer sa mémoire », a souligné la comédienne.

Inoubliable comte de Peyrac dans la saga cinématographique des Angélique et célèbre pour ses méga productions sur scène, Robert Hossein a tourné des dizaines de films de 1948 à 2019, donnant notamment la réplique à Brigitte Bardot dans Le repos du guerrier (en 1962) et devenant l’acteur fétiche de Roger Vadim (Le Vice et la Vertu en 1963, Barbarella en 1968).