Mort de John Le Carré : Gary Oldman, Florence Pugh, Stephen King… Le monde des arts lui rend hommage

HOMMAGE Comédiens, écrivains et autres personnalités saluent la mémoire et l’œuvre du romancier disparu ce samedi

V. J. avec AFP

— 

Les hommages se multiplient pour saluer la mémoire de John Le Carré, maître de l'espionnage, ici dans sa maison londonienne en 2008
Les hommages se multiplient pour saluer la mémoire de John Le Carré, maître de l'espionnage, ici dans sa maison londonienne en 2008 — Kirsty Wigglesworth/AP/SIPA

Il n’était pas le roman d’espionnage à lui tout seul, mais presque. L'écrivain John Le Carré est décédé ce samedi à l’âge de 89 ans, des suites d’une pneumonie, et laisse derrière lui des classiques de la littérature, mais aussi du cinéma, avec L’Espion qui venait du froid, La Tailleur du Panama, ou La Taupe, avec Gary Oldman. L’acteur a d’ailleurs tenu à lui rendre hommage dans un communiqué : « Pour moi, John Le Carré était beaucoup de choses. Il était, bien sûr, un très grand auteur, le véritable propriétaire du roman d’espionnage à la fois sérieux, adulte et complexe. Tous ceux qui ont suivi lui sont redevables ».

« Nous sommes nombreux à beaucoup lui devoir »

« Ses personnages étaient profonds et habilement construits, continue le comédien. Jouer le rôle de l’agent George Smiley dans La Taupe a été un des sommets de ma carrière. Nous sommes nombreux à beaucoup lui devoir. » Stephen Fry lui a également rendu hommage sur Twitter : « Existe-t-il un écrivain contemporain qui m’a donné plus de plaisir ? Impossible à dire pour le moment. Je suppose que le mieux que l’on puisse faire pour honorer sa vie et son talent est de relire tous ses livres. Tout le contraire d’une corvée ».

L'actrice Florence Pugh avait rencontré le romancier sur le tournage de la récente série The Little Drummer Girl, adaptée de La Petite fille au tambour. «J'ai écouté pendant qu'il me racontait, histoire après histoire, sa vie incroyable et passionnante, écrit-elle dans un long post Instagram. Puis quand j'ai pensé qu'il avait fini, il a continué en disant que ce n'était que le début. (...)  Mon cœur me fait mal de ne plus pouvoir regarder et écouter cet homme incroyable parler et parler jusqu'au petit matin.»

Le roi du roman d’horreur, l’américain Stephen King, a quant à lui déploré la mort d’un « géant littéraire » et « esprit humanitaire ». L’écrivain et historien britannique Simon Sebag Montefiore s’est dit « bouleversé » par la mort d’un « titan de la littérature anglaise ».