Le gouvernement britannique suggère aux artistes de changer de métier et provoque un tollé

PANDEMIE Liam Gallagher et ses confrères et consœurs ont rapidement répondu

20 Minutes avec agences

— 

Le premier ministre britannique Boris Johnson et le Chancelier de l'Echiquier Rishi Sunak
Le premier ministre britannique Boris Johnson et le Chancelier de l'Echiquier Rishi Sunak — Avalon / Starface

Alors que le monde de la culture connaît une crise sans précédent à cause de la pandémie de Covid-19, le gouvernement britannique a émis une suggestion : « recyclez-vous et changez de métier ». C’est le Chancelier de l’Echiquier, Rishi Sunak, qui a fait cette proposition lors de son passage aujourd’hui sur ITV News, provoquant un tollé général parmi les premiers concernés.

« Donc le truc du gouvernement est de dire aux musiciens et aux artistes de se recycler et de trouver un autre boulot pour devenir des cons finis comme eux. Nan merci », a ainsi tweeté Liam Gallagher, que le sujet a visiblement beaucoup agacé puisqu’il s’en énerve encore.

Un sentiment partagé par l’acteur et créateur de la géniale série After Life, Ricky Gervais ainsi que Boy George, qui a fait une autre proposition.

« Ramenons quelques-uns des groupes de metal les plus sonores juste devant le Parlement ou, mieux, juste devant chez Rishi Sunak, et jouons à fond jusqu’à ce qu’il accepte de changer de métier », a écrit le chanteur de Culture Club sur Twitter.

Perpétuelle consternation

Tim Burgess, leader des Charlatans, encourage lui aussi le Chancelier de l’Echiquier à se « recycler » et « changer de métier ». Simone Marie, bassiste de Primal Scream, a quant à elle déclaré que cette suggestion arrive « après avoir annoncé qu’ils ne payeront que 20 % des revenus des auto-entrepreneurs » et de rappeler que la majorité des travailleurs du secteur de la culture au Royaume-Uni sont sous le statut d’auto-entrepreneur. En conclusion, elle leur envoie un « FUCK YOU » bien senti et se félicite que ses collègues en font de même.

Tout ceci est un énième camouflet à l’encontre de Boris Johnson et de son gouvernement. Si les annonces pour aider le secteur de la culture avaient été saluées, elles n’ont pas changé la situation précaire des acteurs du milieu. Par ailleurs, le Premier ministre britannique est de plus en plus critiqué pour sa gestion de la pandémie de coronavirus et la crise économique qui en découle.

Tout cela à moins de trois mois du Brexit, qui n’est, lui non plus, toujours pas résolu. Pas sûr que l’année 2021 s’annonce meilleure que 2020 en Albion.