Coronavirus : Le cri de colère d'Elie Semoun contre l’isolement dans les Ehpad

ALERTE Elie Semoun a publié sur les réseaux sociaux un texte déchirant dans lequel il déclare que « le confinement a tué mon père »

A.D.

— 

L'humoriste Elie Semoun.
L'humoriste Elie Semoun. — ETIENNE CHOGNARD/TF1/SIPA

Un cri de colère qui pointe une triste réalité. Au lendemain de l’annonce de nouvelles mesures  dans certaines zones visant à ralentir la propagation de la pandémie de coronavirus, Elie Semoun a publié un texte déchirant qui pointe les limites des mesures visant à protéger nos aînés.

« La lecture des nouvelles mesures me met en colère, commence-t-il. Il est très douloureux pour moi de l’écrire : mais le confinement a tué mon père ». L'humoriste a annoncé la mort de son père sur les réseaux sociaux, dans la matinée du samedi 12 septembre.

L’homme, atteint de la maladie d’Alzheimer, résidait dans un Ehpad  à Lyon. « Je dois rendre publique que l’arrêt obligatoire de nos visites à son Ephad durant deux mois a accéléré son déclin, déjà fragilisé par Alzheimer. C’est quasi criminel d’empêcher nos anciens d’être entourés de l’amour de leurs proches », poursuit le comédien.

Afin de protéger les personnes âgées, les visites en Ehpad avaient été suspendues durant le confinement. Ces mesures sanitaires draconiennes, visant à préserver la santé physique des personnes les plus fragiles, exposent les seniors à des risques de décompensation psychologique.

L’isolement et l’absence de liens pendant le confinement, pour les personnes âgées et plus particulièrement les personnes atteintes de maladies neurodégénératives, ont été délétères, ont pointé de nombreux gériatres. Emmanuel Macron a d’ailleurs assuré mardi ne pas vouloir «  isoler à nouveau nos aînés », lors d’une visite dans un Ehpad du Loir-et-Cher, alors que plusieurs grandes villes restreignent les visites.