Willie Nelson a menti pour couvrir le fils de Jimmy Carter avec qui il fumait des joints

BOULETTE Le 39e président des Etats-Unis a confirmé l’anecdote dans un nouveau documentaire qui lui est consacré

20 Minutes avec agences

— 

L'artiste Willie Nelson
L'artiste Willie Nelson — Jason Moore / ZUMA / VISUAL Press Agency

Dans son autobiographie parue il y a déjà deux décennies, Willie Nelson révélait avoir une fois fumé des joints sur le toit de la Maison Blanche en 1978, sous le mandat de Jimmy Carter. Dans son récit, la légende la country bien connue pour son amour de l’herbe précisait uniquement avoir été accompagné par un employé de la demeure des présidents américains. Mais dans un récent documentaire intitulé Jimmy Carter : Rock & Roll President, le 39e président des Etats-Unis révèle l’identité de compagnon de fumette de l’artiste qui n’était pas vraiment un employé.

« Ce n’est pas exactement vrai – en fait, c’était l’un de mes fils, et il ne voulait pas le présenter comme un fumeur de joints comme lui », déclare l’homme politique de 87 ans au cours du métrage vu par People. En somme, Willie Nelson avait tenu à couvrir le fils de Jimmy Carter, alors que 20 ans s’étaient écoulés depuis ce fameux soir de 1978.

Un choix osé

Dans Jimmy Carter : Rock & Roll President, l’ex-président américain revient sur les liens qu’il entretenait avec les artistes durant son mandat. En effet, en plus de Willie Nelson, Jimmy Carter n’avait pas hésité à inviter à la Maison Blanche certains des musiciens les plus influents de l’époque comme Bob Dylan ou encore les Allman Brothers. Une pratique encore assez osée pour la fin des années 1970.

« Je faisais ce en quoi je croyais, et je pense que la réponse du public de ces musiciens avait plus d’influence que celle de ceux qui pensaient que c’était inapproprié de faire ça pour un président », explique Jimmy Carter dans ce documentaire.