Sa sixième demande de libération rejetée, R. Kelly attendra son procès en prison

AGRESSION SEXUELLE L'équipe juridique du chanteur semble être à court d'idées

20 Minutes avec agences
— 
Le chanteur de R&B R. Kelly
Le chanteur de R&B R. Kelly — HA Collection / VISUAL Press Agency

Les revers s’accumulent pour R. Kelly. Ce mardi, la cour d’appel du Second Circuit a rejeté la demande du chanteur d’être libéré sous caution en attendant son procès. Les avocats de la star du R & B s’étaient alarmés du fait que leur client n’avait pas pu les voir en personne depuis mars dernier, six mois donc, et qu’ils n’étaient pas en mesure de préparer son procès.

Mais la cour semble avoir été convaincue par les arguments des procureurs, qui ont déclaré que le chanteur représentait « un danger potentiel pour la communauté ». Sans compter qu’il risquerait de s’échapper, d’après les arguments relayés par CNN.

Échecs à la chaîne

C’est la sixième fois que R. Kelly et son équipe juridique font une demande de libération sous caution. Sixième refus, donc. Steve Greenberg, qui fait ce qu’il peut pour défendre l’interprète d’Ignition, s’est déclaré encore une fois « déçu » par cette décision qu’il semble ne pas vraiment comprendre. « J’ai l’impression qu’il y a des critères différents dès qu’il s’agit de R. Kelly », a-t-il déclaré à CNN.

En début de mois, R. Kelly a été agressé par un autre détenu dans la prison fédérale de Chicago où il est incarcéré. Jeremiah Farmer a affirmé qu’il s’était senti obligé de s’en prendre à la star pour attirer l’attention sur son cas. Une attaque qui n’a manifestement pas suffi à émouvoir les juges, qui ont décidé que R. Kelly resterait à l’ombre jusqu’au début de son procès.

Le chanteur est poursuivi à Chicago pour détention d’images pédopornographiques et obstruction de la justice. Il doit également être jugé à New York pour racket et trafic sexuel.